Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un encart publicitaire anti-musulman blessant

Une publicité politique qui s'inscrit dans la ligne de celles de l'UDC.

(swissinfo.ch)

Choquées, blessées…. La communauté musulmane, la commission fédérale contre le racisme et celle des étrangers dénoncent la campagne menée dans la presse par un certain ‘Comité contre les naturalisations’.

Pour autant, personne n’envisage de poursuites judiciaires contre les auteurs de cette publicité.

Signataire de l'encart publicitaire en question, ce ‘Comité contre les naturalisations en masse’ affirme que, si l’évolution se poursuit, «les musulmans seront bientôt la majorité dans ce pays».

Et, pour arriver à ses fins, il manipule et extrapole des données statistiques officielles.

Une publicité politique qui s’inscrit dans la droite ligne de diverses affiches à caractère raciste publiées par l’Union démocratique du centre (UDC/ droite dure) ces dernières années.

Pour mémoire, vendredi dernier, SOS Racisme avait déjà réagi à une affiche de l’UDC montrant un cageot rempli de passeports à croix blanche et des mains multicolores se tendant vers les documents, prêtes à s'en saisir.

Le «Comité contre les naturalisations en masse» a d’ailleurs son siège à l'adresse du conseiller national UDC Ulrich Schlüer. Coïncidence?

«Cette affiche n’a pas été faite par l’UDC et nous ne finançons pas ce Comité», dément pourtant Roman S. Jäggi, porte-parole de l’UDC.

«Mais nous la considérons comme positive, poursuit-il. Car il est important d’informer la population en vue des votations du 26 septembre. Son contenu est purement informatif et sans aucune allégation à caractère xénophobe.»

Une projection totalement erronée

Informatif et pas raciste? Cet avis n’est, et de loin, pas partagé par tout le monde.

«Cette projection est totalement absurde», tonne Mario Tuor, porte-parole de l’Office fédéral de l’immigration. Car si le taux de musulmans doublait effectivement tous les dix ans en Suisse, il serait de 144% en 2050.»

«De plus, ce ‘comité’ omet volontairement des données qui contredisent sa thèse, telle que la baisse du nombre de naturalisation en 2003 par exemple.»

La commission fédérale des étrangers (CFE) et la commission fédérale contre le racisme (CFR), elles, se disent choquées et inquiètes.

En affirmant que les musulmans seraient bientôt majoritaires en Suisse grâce aux naturalisations facilitées, les auteurs de l'annonce cherchent à faire peur, estime la CFE.

Georg Kreis, président de la CFR considère pour sa part le contenu de cette annonce comme diffamatoire puisqu’elle présente un groupe religieux dans son ensemble comme une menace pour la Suisse.

Pas de plainte!

«Mais la CFR ne va pas porter plainte, souligne Georg Kreis. Il s’agit d’un délit officiel et c’est aux autorités de réagir et de vérifier si la norme antiraciste n'a pas été violée. La CFR a une fonction politique et non pas juridique.»

Professeur de sociologie à l’Université de Berne et président de la Coordination des organisations islamiques suisses, Farhad Afshar confirme également qu’aucune plainte ne sera déposée par une organisation musulmane.

«Cette annonce a blessé tous les musulmans de Suisse, rapporte-t-il. Mais nous avons déjà consulté des avocats à plusieurs reprises et nous savons par expérience qu’il est impossible de déposer plainte contre ce genre de publicité. Cela ne servirait à rien.»

Une analyse corroborée par Marcel Niggli dans la SonntagsZeitung. Le professeur de droit à l’Université de Fribourg y explique qu’une telle publicité ne tombe pas sous le coup de la loi antiraciste.

Un amalgame honteux

«L’UDC continue de faire campagne en utilisant la peur et le refus de la différence. Il ne manifeste aucune volonté de comprendre ce que signifie l’appartenance à l’Islam», précise pour sa part Ahmed Benani.

Professeur d’anthropologie des religions à l’université de Lausanne, il condamne fermement la prise de position de Sami Aldeeb, responsable du droit arabe et musulman de l’Institut de droit comparé à Lausanne, sur laquelle s’appuie en partie la publicité parue dans presse.

Pour Ahmed Benani, la plupart des musulmans qui vivent en Suisse sont parfaitement intégrés. Et, selon lui, toutes les études montrent que seuls environ 10% d’entre eux pratiquent leur religion.

A noter que, selon la commission fédérale des étrangers, la proportion de musulmans en Suisse est actuellement de 4,5 %. Et la majorité d'entre eux appartiennent à des communautés qui rejettent les tendances fondamentalistes.

swissinfo

Faits

Près de 42% de la population résidant en Suisse est catholique.
33% est protestante.
Un peu plus de 4% est musulmane.
4% se revendique d’autres religions.
Plus de 10% est sans religion.

Fin de l'infobox

En bref

- Plusieurs journaux suisses – «Blick», «SonntagsBlick», «Zürichsee-Zeitung», «Le Matin», «24heures» et le «Quotidien Jurassien» - ont refusé de faire paraître la publicité en question.

- Ceux qui l'ont publiée expliquent leur décision par la séparation du rédactionnel et du publicitaire ainsi que par une conviction démocratique permettant à toutes les opinions d’être entendues, dès le moment où elles n’enfreignent pas la loi.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.