Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une visite pontificale couronnée de succès

Une jeune catholique reçoit la communion des mains du pape lors de la grand-messe de dimanche.

(Keystone)

Quelque 70 000 personnes ont assisté à la messe dite par Jean Paul II dimanche à Berne, point culminant de sa visite pastorale en Suisse. Le pape a appelé les catholiques à l'action et à l'œcuménisme.

Le pape pèlerin a gagné en Suisse son pari de continuer à voyager, bien que rendu impotent par la maladie.

La papamobile du Saint-Père est arrivée sur le coup de 10h00 sur la prairie de l'Allmend, parcourant les rangs des fidèles de Suisse et de l'étranger. Agitant une multitude de drapeaux sous un ciel radieux, ils ont réservé une ovation au chef de l'Eglise catholique.

«Chers jeunes, sachez que le pape vous aime (...) qu'il compte sur votre collaboration pour annoncer l'Evangile», a déclaré le Saint-Père lors de l'homélie.

«Revitaliser le christianisme»

Jean Paul II a appelé les fidèles à exprimer «clairement» leur foi «dans des choix personnels clairs, convaincus et courageux».

Âgé de 84 ans, handicapé par la maladie de Parkinson et se déplaçant en chaise roulante, le pape a constamment dialogué avec la foule. A chaque passage d'importance, celle-ci lui réservait une ovation. Le Saint-Père a été particulièrement applaudi lorsqu'il a abordé le thème de l'œcuménisme.

Il a souligné «l'impérieuse préoccupation oecuménique». «La célébration du mystère de la Sainte Trinité constitue chaque année pour les chrétiens un pressant appel à l'engagement pour l'unité», a-t-il dit, affirmant la volonté de l'Eglise catholique «d'avancer sur la voie de la pleine communion de tous les croyants».

Les communautés protestantes de Suisse avaient renoncé à participer à la messe, soulignant qu'un récent document pontifical excluait «l'hospitalité eucharistique». Les réformés ne sont pas autorisés à recevoir la communion catholique, alors que la réciproque est possible.

Evoquant la torture, le souverain pontife a rappelé que «tout outrage fait à l'homme constitue un outrage à son Créateur». Il a rappelé «la grande tradition» humanitaire de la Suisse. Une tradition «placée sous le signe de la Croix: la Croix-Rouge».

Rencontre avec les jeunes

Le but premier de cette visite était une rencontre avec les jeunes catholiques suisses, réunis pour la première fois sous le mot d’ordre «Lève-toi».

Cette rencontre a eu lieu samedi soir. Jean-Paul II est ainsi resté plus d'une heure en tête-à-tête avec près de 14 000 jeunes rassemblés à la BernArena, la patinoire de Berne.

Accueilli comme une rock star, ovationné pendant une dizaine de minutes, le souverain pontife les a exhortés à passer à l'action pour «contribuer à rendre le monde meilleur».

Aux jeunes qui se laissent «aller au désespoir» et séduire «par les mirages de la société de consommation» qui «détournent de la vraie joie», il a recommandé d'écouter Jésus. La parole du Christ «bouscule et réveille» leur a-t-il lancé.

Pour donner un sens à leur vie, il a conseillé aux jeunes de choisir la vie familiale ou l'engagement religieux. Le pape s'est également dit prêt à «se dépenser jusqu'au bout pour la cause du Règne de Dieu», excluant tout retrait du trône de St Pierre.

Jean Paul II répondait ainsi à 40 personnalités catholiques qui, à deux semaines de son arrivée en Suisse, lui avaient adressé une lettre ouverte pour lui suggérer de prendre sa retraite.

Un test parfaitement réussi

Agé de 84 ans, avec une longue histoire d'hospitalisations et de problèmes de santé derrière lui, Jean Paul II était apparu très fatigué lors de sa visite en Slovaquie en septembre 2003.

«C'était le dernier de la longue série de 102 voyages pastoraux qu'il a faits dans le monde en 25 ans de pontificat. La Suisse est le premier d'une nouvelle aventure de déplacements qui seront marqués par une façon différente de voyager», a commenté un prélat du Vatican qui l'a accompagné.

La visite-éclair de deux jours en Suisse était considérée par les collaborateurs du pape comme un véritable test. Le fait de l'avoir surmonté lui ouvre la voie vers d'autres étapes de son pontificat itinérant, selon ces derniers.

La visite à Berne a confirmé que la réduction des engagements permet à Jean Paul II de reprendre ses forces. Les cérémonies ne doivent jamais dépasser deux ou trois heures au grand maximum, afin de respecter l'efficacité des nombreux médicaments avec lesquels ses médecins s'efforcent de contrôler la maladie de Parkinson.

Ambassadeur auprès du Vatican

Au plan politique, cette visite a été l’occasion de normaliser les relations diplomatiques entre la Suisse et le Vatican.

Lors de l’arrivée du pape samedi à l’aérodrome militaire de Payerne, le président de la Confédération Joseph Deiss a en effet annoncé la nomination d’un ambassadeur de plein droit au Vatican: Hansrudolf Hoffmann.

Jusqu’à présent, la Suisse ne disposait pas d’un véritable ambassadeur auprès du Saint-Siège, par égard pour les autres confessions.

La nomination d’un ambassadeur a d’ailleurs été fraîchement accueillie par les protestants. La Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) s’est dite surprise de ne pas avoir été consultée et d’avoir été mise devant le fait accompli.

«Il y a une inégalité de traitement à l’égard des autres confessions», a affirmé son porte-parole Simon Weber. Pour la FEPS, le Saint-Siège est avant tout une Eglise avant d’être un Etat.

swissinfo et les agences

Faits

Cette visite en Suisse constituait le 103e voyage de Jean Paul II
Il s'était déjà rendu deux fois en Suisse (la dernière il y a 20 ans)
La cérémonie d'ouverture de samedi a réuni 14'000 personnes
Quelque 70'000 fidèles ont assisté à la messe de dimanche

Fin de l'infobox

En bref

- Cette visite pontificale n’a donné lieu a aucun problème majeur. La police municipale de Berne a affiché sa satisfaction.

- Au total, la police a contrôlé l’identité de 156 personnes. Elle en a interpellé 26, essentiellement lors de la manifestation anti-pape de samedi.

- Durant la nuit de samedi à dimanche, les éléments incontrôlés issus de la gauche alternative ont provoqué pour quelques milliers de francs de dégâts en ville de Berne.

- Cinq personnes ont dû être hospitalisées et 18 ont été traitées sur les lieux du rassemblement.

- Tout est resté calme sur le front du trafic routier, une grande majorité des fidèles (40'000) ayant emprunté les transports publics. Seules 1561 voitures ont été recensées sur les parkings réservés pour la messe de dimanche.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.