Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Carnet noir


Hommage genevois à l’écrivain Michel Butor


L'un des pères du Nouveau roman, Michel Butor est mort mercredi à l'âge de 89 ans. Cet auteur prolixe avait aussi enseigné la littérature à l'Université de Genève.

Poète, essayiste, écrivain-voyageur, le Français Michel Butor laisse derrière lui une œuvre foisonnante. Il était la dernière figure de l'école du Nouveau roman, un style littéraire qui a bousculé au siècle dernier tous les codes en donnant la préférence à la forme au détriment de l'histoire.

En 2013, Michel Butor a reçu le grand prix de littérature de l'académie française pour l'ensemble de son œuvre.

L’écrivain a fait ses gammes comme professeur de littérature aux Etats-Unis avant de poursuivre sa carrière en France, à Nice, puis à l'Université de Genève jusqu'à sa retraite en 1991. Une statue à son effigie se trouve d'ailleurs au rond-point de Plainpalais, aux abords d’une vaste place au cœur de la ville.

Comme le relève le critique d’art Etienne Dumont dans le magazine suisse Bilan, Michel Butor a aussi beaucoup écrit sur l’art classique et moderne. Une dimension moins connue de l’écrivain qui fait actuellement l’objet d’une exposition à la Fondation Martin Bodmer, toujours à Genève.

Son roman "La Modification", pour lequel il avait obtenu le prix Renaudot en 1957, a marqué l'histoire de la littérature française. Révolutionnaire à l'époque en raison de la narration à la deuxième personne du pluriel, ce récit est devenu un classique.

«Toujours en quête de nouveauté, nourri d’une culture magistrale, il fut aussi un défricheur infatigable, un homme-orchestre qui adorait prendre les chemins de traverse pour faire sortir la littérature de ses ghettos: au carrefour de tous les arts, il a su s’imposer dans des domaines aussi divers que la réflexion sur la peinture et la musique, la poésie ou la critique littéraire.», écrit le critique littéraire André Clavel dans les colonnes du quotidien suisse Le Temps.

La rubrique culture de la RTS lui rend hommage en déroulant un long-format multimédia.

swissinfo.ch avec la RTS (Téléjournal du 23.08.2016)

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×