Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Ouverture du Festival de Verbier avec la pianiste Martha Argerich

Martha Argerich donne, vendredi, le coup d'envoi du 8e Festival & Academy de Verbier, en interprétant le 3e concerto de Prokofiev. L'illustre pianiste argentine va donner quatre concerts, en douze jours, dans la station valaisanne.

En principe! Car Martha Argerich ne signe jamais de contrat. Elle reste d'ailleurs injoignable si elle décide de ne pas se produire sur scène ou de modifier son répertoire au dernier moment.

Mais, le directeur de la manifestation, Martin Engstroem, est confiant, car l'interprète a déjà triomphé à Verbier. «Je crois qu'elle aime l'atmosphère détendue du Festival». Certes, admet-il, «Martha Argerich est imprévisible, mais son jeu est d'un tel niveau. Je souhaiterais d'ailleurs qu'il y ait davantage de personnalités comme elle».

Un talent précoce

Née le 5 juin 1941 à Buenos Aires, Martha Argerich dévoile un talent précoce pour la musique. A quatre ans, elle joue du piano pour le public de son école et donne des récitals à huit ans, déjà.

En 1955, sa famille s'installe en Europe. Martha Argerich, elle, continue sa formation avec les pianistes Friedrich Gulda en Autriche et Nikita Magaloff en Suisse.

C'est en 1957 que Martha Argerich entame sa carrière professionnelle, en remportant les premiers prix des concours de Bolzano, en Italie, et de Genève. Mais une dépression l'éloigne des scènes entre 1962 et 1965. Rétablie, elle enchaîne alors les concerts aux Etats-Unis et en Europe, puis au Japon dès 1970.

Après une nouvelle interruption de trois ans, elle reprend en 1976 une activité plus régulière de concertiste. Elle s'intéresse alors à la musique de chambre.

Mais surtout, sa discographie lui a valu de nombreux prix, en enregistrant des oeuvres de Prokofiev, Bartok, Debussy, Liszt, Ravel et l'intégrale des Préludes de Chopin.

Un chef d'orchestre suisse pour mari

Martha Argerich a eu trois filles, de trois pères différents. Elle a notamment été l'épouse du chef d'orchestre vaudois, Charles Dutoit, entre 1969 et 1973. Les deux musiciens sont restés amis. La pianiste réside à Bruxelles et dispose d'un pied-à-terre à Genève.

Soucieuse d'aider les jeunes talents, Martha Argerich organise un concours de piano en Argentine. La deuxième édition, dotée d'un prix de 50 000 dollars, se déroulera en septembre. En outre, un Festival Martha Argerich est organisé au Japon.

Martha Argerich a toujours revendiqué, avec force, sa liberté. «Vivre toute une vie dans un cadre rigide, être forcé d'être pianiste et musicienne ne rend pas justice à tous les aspects de votre personnalité. Vous avez forcément envie d'exprimer autre chose. Ainsi, je reste des longues périodes sans toucher un piano, et ça ne me manque pas!»

Emmanuel Manzi



Liens

×