Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Peu de solistes parmi les bons musiciens suisses

Il y a beaucoup de bons musiciens suisses, mais c'est sur les doigts d'une main que l'on peut compter ceux qui font une carrière de solistes. C'est l'avis du patron du Festival de Verbier, Martin Engstroem, qui en donne les raisons.

Sur la scène internationale, la plupart des grands solistes sont aujourd'hui des femmes d'origine asiatique. Elles proviennent de Russie ou du Japon, principalement. Mais aussi d'Europe de l'Est.

Les raisons? «En Russie, par exemple, les jeunes commencent très tôt à travailler sérieusement la musique», explique Martin Engstroem, directeur du Festival de Verbier et patron du label discographique Deutsche Grammophon. «Très jeunes, ils vont jusqu'à jouer plusieurs heures par jour. Car ils ont des parents qui sont derrière eux et qui leur prodiguent une éducation stricte et sévère».

Mieux équilibré et plus libre

«En Europe occidentale, on ne peut pas faire travailler un petit enfant de cette manière. Car il est convenu que l'autorité parentale doit laisser s'exprimer librement l'enfant. Il doit pouvoir jouer et s'adonner à d'autres occupations que la musique».

Or, «ce genre d'éducation occidentale, mieux équilibrée et plus libre, ne profite guère à l'éclosion du talent musical chez un enfant», poursuit Martin Engstroem.

«Entendons-nous bien, poursuit-il, tout le monde ne possède pas un vrai talent musical. Or, développer un talent exige une discipline de fer chez un enfant».

«Inéluctablement, le mode de vie des Russes ou des Japonais donne plus de chance à un enfant de faire fructifier ses prédispositions pour la musique. C'est pourquoi, c'est chez eux que l'on trouve le plus grand nombre de solistes actuels».

Les symphonies de Mahler comme challenge

Depuis la création de son Festival, Martin Engstroem s'est donné comme challenge de programmer toutes les symphonies de Gustav Mahler à Verbier. Cette année, ce sera la 3e Symphonie en ré mineur du compositeur autrichien qui sera exécutée sous la direction de James Levin, le vendredi 27 juillet.

Pour l'interpréter, le Chœur de femmes de Manchester et le Chœur philharmonique d'enfants de Prague viennent notamment épauler l'UBS Verbier Festival Youth Orchestra.

La veille (le 26 juillet), Martin Engstroem invite le festivalier à ne manquer sous aucun prétexte le «quatre mains» joué, pour la première fois, par l'Argentine Martha Argerich et le jeune Russe Evgeny Kissin, considérés par la critique, parmi les meilleurs pianistes classiques au monde.

Emmanuel Manzi

Festival de Verbier: du 20 juillet au 5 août.



Liens

×