Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

«Cinéma suisse pour l'Amérique latine»: prime à l'audace

Le sulfureux «F… est un salaud» de Marcel Gisler, à voir à São Paulo.

(Keystone)

Pour la deuxième fois en moins d´un mois, le cinéma suisse est à l´honneur au Brésil. Dans la foulée de la Mostra International de São Paulo, deux douzaines de productions helvétiques sont à l´affiche dans cette même ville, jusqu´au 24 novembre.

Jamais peut-être n'aura-t-il été autant question de cinéma suisse au Brésil qu'en ce printemps tropical! Fin octobre, une demi-douzaine de cinéastes suisses avaient en effet déjà vu leurs oeuvres sélectionnées dans le cadre de la Mostra International de São Paulo. C'est une manifestation entièrement helvétique qui s'y déroule à présent, dans le cadre du festival itinérant «Cinéma suisse pour l'Amérique latine».

Ouverture en fanfare un tantinet provocatrice ce mardi avec «Beresina ou les derniers jours de la Suisse», une coproduction helvético-germano-autrichienne signée Daniel Schmid, et «Pastry, pain & politics» («Petits gâteaux, douleur et politique») de Stina Werenfels, vainqueur du festival de Soleure 98 dans la catégorie court-métrage.

La curiosité du public brésilien, très avide de productions audacieuses et originales, sera sans doute éveillée par «F. est un salaud» de Marcel Gisler ou le cinglant «Pas de café, pas de télé, pas de sexe» de Romed Wyder.

Également à l'affiche «Les hommes du port» d'Alain Tanner; «Clandestins», une coproduction francophone de Nicolas Wadimoff et Denis Chouinard; et «Genet à Chatila», de Richard Dindo, ce dernier ayant déjà été programmé durant la Mostra du mois dernier.

Pour compléter la programmation, signalons encore «Ombres» d'Edna Politi et «Chronique vigneronne» de Jacqueline Veuve; «Pleine Lune» (titre original «Vollmond») de Fredi Murer; «La girafe» («Meschugge») de Dani Levy; et «Well Done» de Thomas Imbach (il s'agit du film le moins récent, datant de 1994). A quoi il convient d'ajouter une douzaine de court-métrages qui vont ponctuer les séances à la cinémathèque brésilienne de São Paulo.

Cette éclectique sélection helvétique, qui a déjà été diffusée sur les écrans argentins, chiliens et uruguayens, poursuivra ensuite son chemin vers d'autres villes brésiliennes (Rio de Janeiro, Porto Alegre au sud, et Fortaleza dans le Nordeste), avant de gagner la Bolivie et le Mexique l'an prochain.

Thierry Ogier, São Paulo

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×