Navigation

«Le corbeau à quatre pattes»: le rire étourdissant de Daniil Harms

A partir des textes de l'écrivain dadaïste russe, Geneviève Pasquier met en scène au Théâtre de L'Arsenic, à Lausanne, «Le Corbeau à quatre pattes». Un spectacle réjouissant où le côté tragique de la vie se dilue dans la loufoquerie.

Ce contenu a été publié le 01 mai 2000 - 20:33

On a dit de lui qu'il était un écrivain de l'absurde. Formule aussi galvaudée qu'expéditive, dissimulant généralement une équation d'une même indigence: intellectuel donc ennuyeux. Pourtant, rien de plus drôle que la prose de Daniil Harms (1905-1941), héritier de l'avant-garde russe des années 10. Autrement dit dadaïste forcené.

Rien de plus passionnant aussi que son univers dont il a été le premier à révéler la folie en écrivant: «Je suis le monde. Mais le monde n'est pas moi».
Pour rendre compte de cette folie salvatrice, la metteur en scène vaudoise Geneviève Pasquier a pioché dans les écrits de Daniil Harms (courtes pièces de théâtre, petites nouvelles et saynètes), en a sorti une poignée de sketches qu'elle livre sur la scène de L'Arsenic, à Lausanne, sous le titre: «Le corbeau à quatre pattes».

Son spectacle, très bien servi par sept acteurs et actrices, fait penser à un manège emballé. Dialogues et action semblent pris dans un mouvement de centrifugeuse qui produit du fantastique et du vertige.

Fidèles aux personnages de Harms, les comédiens, pantins corsetés dans des costumes amidonnés ou, au contraire, ballottés sous l'étoffe ramollie de leurs imperméables, trébuchent sur les mots et s'embrouillent dans des raisonnements alambiqués.

Leurs considérations sur la vie, contamment exposée à l'échec, sont aussi bancales que leurs corps sans cesse en déséquilibre. Maladroits ou éclopés, ils cherchent en vain un monde harmonieux. Celui que Daniil Harms trouva dans le rire.

Ghania Adamo

«Le corbeau à quatre pattes». Lausanne, Théâtre de L'Arsenic; jusqu'au 7 mai. Tel: 021/625 11 36

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.