Navigation

1760: Un trouble-fête anonyme parle de Toko

Ce contenu a été publié le 26 juillet 2004 - 09:06

Les Suisses ont eu 400 ans pour connaître et apprécier leur héros national. Pour le peuple comme pour l’aristocratie, Guillaume Tell est le combattant qui, à l’époque du Serment du Grütli, se dressa contre l’ennemi: l’Autriche impériale.

Mais, au milieu du 18e siècle, une plume anonyme, trempée dans l’idéal des Lumières, jette un pavé dans la mare. Guillaume Tell, une fable danoise, c’est le titre d’un ouvrage publié à Berne en allemand et en français.

Sous l’anonymat, se cachent deux auteurs helvétiques très influents, les frères Gottlieb Emanuel et Albert de Haller.

Le scandale est retentissant, même si les faits mentionnés sont connus des milieux lettrés. Nier l’existence de Guillaume Tell, c’est arracher les racines de la nation, blesser sa conscience historique.

Résultat: l’opuscule des deux Bernois est brûlé sur la place publique d’Altdorf, là même où Guillaume Tell avait montré ses talents d’arbalétrier.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.