Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

A Zurich, dada s'éclipse

Bye-Bye Tzara, Ball, Arp & cie!

(Keystone)

Le «Cabaret Voltaire» de Zurich, lieu de naissance du dadaïsme, a été évacué mardi matin sans incidents notoires. Les travaux de rénovation ont pu commencer.

Les quelque 60 squatters qui occupaient encore la maison, au cœur du Niederdorf, ont quitté les lieux jusqu'au délai imparti de 08h00 sans opposer de résistance, a indiqué la police municipale. Seul l'un d'entre eux a refusé de sortir du bâtiment et a bombardé les agents de l'ordre avec divers objets. Il a été emmené au poste pour un contrôle.

Plus de mots que d'action

Il y a peu, les jeunes artistes qui occupaient le lieu avaient prétendu se réjouir déjà à l'idée d'assister à un «grand spectacle policier». Et Lundi de Pâques, les squatters avaient encore déclaré qu'ils ne partiraient pas de plein gré...

Ces néo-dadaïstes, des jeunes artistes suisses et étrangers pour beaucoup, ont investi le «Cabaret Voltaire» début février pour le transformer en une sorte de musée dada et y organiser lectures et concerts. Ils exigent que ce berceau du dadaïsme reste consacré à la culture dada ou alternative.

Propriétaire du bâtiment depuis un an environ, la Rentenanstalt/Swisslife voulait y construire une pharmacie et des appartements. Face à la mobilisation grandissante de l'opinion publique, notamment des milieux culturels zurichois, et à la pression de la municipalité, elle a fait un pas à l'encontre des opposants au projet.

Des logements seront aménagés aux étages supérieurs, mais une utilisation culturelle du rez-de-chaussée et du premier étage est à l'examen. La ville de Zurich a jusqu'à fin avril pour présenter un concept détaillé.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×