Cinquième Suisse

Aujourd'hui en Suisse

Bonjour chers lecteurs,

La Suisse a-t-elle levé trop vite les mesures sanitaires prises pour lutter contre le coronavirus? Un sondage semble montrer que c’est l’avis d’une majorité de la population, qui serait même favorable à l’obligation du masque dans les transports publics. «Rien n’empêche ces gens de le porter spontanément», leur répond en substance le porte-parole du Conseil fédéral, qui rappelle qu’en matière de prévention, la Suisse a toujours misé sur la responsabilité individuelle.

Excellente lecture, de cette sélection du jour, où il sera aussi question du Chili et des tests ADN - pour personnes en quête d'ancêtres illustres ou simplement d’identité.


Keystone / Anthony Anex

«Le port du masque n'est pas une mesure miracle». Et ceux qui veulent qu’on l’impose peuvent parfaitement le porter immédiatement – puisque la Suisse mise sur la responsabilité individuelle. Ainsi s’exprime André Simonazzi, vice-chancelier de la Confédération.

Il était de toutes les séances du Conseil fédéral et de toutes les conférences de presse sur le coronavirus. En tant que porte-parole du gouvernement, il a un rôle central, et notamment celui d'éviter les fausses notes, comme il l’a expliqué dans l’émission La Matinale de la RTS.

«Il serait préférable que l'on ait des mesures locales plutôt qu'à nouveau des blocages nationaux», estime André Simonazzi, évoquant les nouvelles mesures qui seront à prendre en cas de deuxième vague, maintenant que la Confédération a abandonné ses pleins pouvoirs et rendu leurs compétences aux cantons.



Keystone / Alberto Valdes

Désormais plus touché que l’a été l’Espagne, le Chili voit la pandémie de coronavirus exacerber la crise sociale qui le ravage depuis neuf mois. Deux Suissesses expatriées racontent leur quotidien, leurs craintes et leurs espoirs en cette époque si particulière.

Elles ont 72 et 71 ans. Considérées comme personnes à risque, elles bénéficient en contrepartie de la sagesse de l’âge. Elles avouent avoir écouté les recommandations venant de Suisse, ce qui les a aidées à être prêtes lorsque le virus est arrivé au Chili.

«La pandémie montre la situation réelle du pays», dit l’une d’elles. Il est très difficile de mettre en œuvre les mesures sanitaires que le gouvernement a édictées sans aider les pauvres. Car ils n’ont simplement pas les moyens de les appliquer.

Les politiques de santé ne peuvent pas réussir si elles ne vont pas de pair avec une politique sociale et économique. «Ceux qui sont descendus dans la rue pour protester, puisqu’ils n’avaient rien à perdre sauf leur vie, sont les mêmes qui organisent les soupes populaires dans les quartiers périphériques des grandes villes», confirme l’autre expatriée.



Keystone / Str

Avant, on faisait faire son thème astrologique. Aujourd’hui, on se fait tirer un profil ADN. Si les résultats sont en principe plus fiables (bien qu’il reste de nombreux facteurs d’incertitude), les surprises qu’on y découvre peuvent être dérangeantes.

Près de 30 millions de personnes dans le monde l’auraient déjà fait. Pour quelques centaines de francs et un peu de salive dans une éprouvette, de nombreuses sociétés vous proposent aujourd’hui de découvrir qui vous êtes réellement.

Et si les résultats n’ont rien à voir avec ce que l’on imaginait? Untel qui se croyait 100% suisse, se découvre des ancêtres dans toute l’Europe, et au-delà. Et ce n’est encore rien: un ou une autre s’aperçoit que son père n’est pas son père…

Mais la génétique ne dit pas tout de l’identité d’une personne. Au final, on se retrouve face au vieux débat sur l’inné et l’acquis. Nous sommes aussi ce qu’un lieu, des proches, une culture, une société ont fait de nous, peu importe qui étaient nos ancêtres.