Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Centre culturel suisse, Michel Ritter l'emporte!

(swissinfo.ch)

Michel Ritter restera au Centre culturel suisse de Paris. Mais l’équipe qui était en place avant son arrivée va quitter le bateau.

Ainsi en a décidé Pro Helvetia, qui lui adjoint notamment Klaus Hersche et Nicolas Trembley.

Il y a quelques jours encore, atteint par téléphone, Michel Ritter, directeur du Centre culturel suisse à Paris, refusait de parler du conflit qui l’oppose à l’équipe en place depuis son entrée en fonction, en automne 2002.

«On travaille. En ce qui me concerne et en ce qui concerne l’institution, c’est surtout le contenu artistique qui compte. Et tout le monde travaille dans ce sens», nous disait-il.

Or la nouvelle tombe ce 25 novembre: si Michel Ritter reste à son poste, c’est l’ancienne équipe qui est éjectée.

Les mots pour le dire

«Avec le renouvellement de l’équipe s’achève la réorganisation du CCSP, entérinée par le Conseil de fondation de Pro Helvetia en juin 2003» écrit pudiquement Pro Helvetia, dont dépend le centre, dans un communiqué.

Rappelons que la Fondation suisse pour la culture avait choisi en juin dernier de maintenir le directeur contesté, bien qu'elle lui ait reconnu de réels problèmes de gestion.

Le personnel, qui avait précédemment demandé la démission du directeur, avait reçu le choix de poursuivre sa collaboration avec le centre ou de démissionner. Quatre collaborateurs ont maintenant accepté de démissionner «suite à un arrangement avec Pro Helvetia». Le cinquième a quant à lui été licencié au mois de septembre.

Nouveaux collaborateurs

Cette réorganisation a débouché sur la création d'un poste de coordinateur artistique qui est encore à pourvoir.

Par ailleurs, Michel Ritter sera désormais secondé par un ancien complice, le dramaturge Klaus Hersche, qui fut longtemps le directeur artistique du Festival du Belluard, auquel Ritter collabora également. Entre-temps, Klaus Hersche a notamment travaillé en France, pour le site artistique lyonnais des «Subsistances».

Sinon, Nicolas Trembley sera chargé des arts visuels, de la vidéo et de la musique électro-acoustique. Eric Binnert prendra la direction du secteur technique, où il sera soutenu par Guillaume Aubry.

Après une longue période de marasme, Pro Helvetia s’est donc décidée à trancher dans le vif. Dans le bon sens? L’avenir le dira. Grâce à «l’ancienne équipe», celle du précédent directeur, Daniel Jeannet, le Centre culturel suisse de Paris avait acquis une réputation à la fois de sérieux et d’ouverture à tous les registres artistiques.

A Michel Ritter de prouver, désormais en toute liberté, que sa conception de la création, sa prédilection pour les arts visuels ainsi que sa permanente référence à l’interdisciplinarité, apporteront autant à Poussepin que le travail de ses prédécesseurs.

swissinfo, Bernard Léchot

En bref

- Le Centre culturel suisse de Paris est situé dans l’Hôtel Poussepin, 38 Rue des Francs-Bourgeois.

- Michel Ritter, le directeur en fonction depuis septembre 2002, a vécu à Paris une situation troublée, notamment à cause du conflit qui l’oppose aux collaborateurs en place à son arrivée.

- La Fondation Pro Helvetia, dont dépend le Centre, avait renouvelé sa confiance à Michel Ritter en mai dernier, tout en constatant chez lui des carences en matière de gestion.

- Ce 25 novembre, elle a résolument opté pour Michel Ritter, contre son équipe.

- Jusqu’au 14 décembre, le CCSP propose un «événement» multi et interdisciplinaire intitulé «Mondial». Une carte blanche à Martin Hess, lequel avait développé ce concept sur l’arteplage d’Yverdon-les-Bains lors d’Expo.02.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.