Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La ville, point de mire de Jean-Marc Meunier

Bruxelles 2000 (Coll. de l'artiste © Jean-Marc Meunier)

Une trentaine de photographies réalisées par l'artiste valaisan sont exposées au Musée d'art moderne et contemporain (Mamco) à Genève.

Elles disent comment la consommation effrénée et la mondialisation façonnent aujourd'hui notre espace urbain.

Diversité des lieux, mais unité de ton, de style et d'esprit: la trentaine de photos réalisées par l'artiste valaisan Jean-Marc Meunier et exposées au Mamco de Genève (Musée d'art moderne et contemporain) résume bien l'esprit de notre époque. Une époque au goût consensuel que favorise largement la mondialisation.

Depuis plusieurs années maintenant, Jean-Marc Meunier, qui vit et travaille à Genève, s'intéresse à l'espace urbain et à son agencement architectural. Disons qu'il a sa caméra braquée sur la société consumériste occidentale dont les besoins structurent ou déstructurent nos cités.

Les photographies de Meunier sont donc présentées sous l'intitulé «Ville, 2006». Elles font partie du cycle «Mille et trois plateaux» initié il y a quelques années par le Mamco; cycle qui entame cet été son 6e épisode.

Double parcours

Deux salles adjacentes accueillent les photos de Meunier. Ce détail est important car d'une salle à l'autre la circulation du regard change totalement notre perception de cette «Ville 2006».

Dans la première salle, c'est la Suisse, et plus précisément la riviera lémanique (entre Morges et Nyon) qui se trouve prise dans une poussée de fièvre immobilière. Sur les photos, que des immeubles plantés au bord d'une route ou d'un terrain vague, avec parfois le lac que l'on voit de loin comme un mirage inaccessible...

Ces bâtisses se suivent et se ressemblent, sans âme - au sens propre comme figuré. Car curieusement la vie a déserté ces habitations des temps modernes qui paraissent perdues dans un no man's land. On a l'impression que «ça se passe ailleurs».

Et cet ailleurs, pour le rencontrer, il suffit de passer dans la deuxième salle qui, elle, grouille de vie. Là, une foule bigarrée et compacte fait battre le cœur de Genève, d'Amsterdam, d'Athènes, de Madrid, de Bruxelles, de Copenhague, de Hanovre...

Seize villes européennes font ici l'objet de seize clichés qui brillent comme autant de miroirs nous renvoyant notre propre image. Celle du consumériste forcené que chacun de nous est.

Uniformisation européenne

Il y a quelque chose de profondément drôle et tragique dans l'objectif et le regard de Meunier. Tous les mêmes, ces gens qui envahissent les zones piétonnes des villes susmentionnées. Mêmes tee-shirts, mêmes tongs, l'été.

Mêmes vestes, mêmes baskets, l'hiver. Les piétons circulent, esclaves d'une drogue dure: la consommation.

Les rues qu'ils arpentent sont délimitées des deux côtés par des façades marchandes qui affichent leurs mêmes enseignes. Nulle issue ici à la foule prise en tenaille entre, d'un côté, les Mac Do, et de l'autre les Lacoste.

Sur toutes les photos, la rue piétonne dessine une même ligne de fuite allant heurter un horizon fermé par un bloc commercial.

Comment s'échapper ou y échapper? A cette question, Jean-Marc Meunier n'apporte pas de réponse. Ou plutôt, sa réponse est dans l'ironie de son regard qui en dit long sur des populations prisonnières d'une logique que seuls entendent le libéralisme économique et la mondialisation.

swissinfo, Ghania Adamo

Faits

«Mille et trois plateaux», 6e épisode, à voir à Genève, Mamco, jusqu'au 17 septembre.
Jean-Marc Meunier est né en 1958 à Martigny, il vit à Genève.
La ville est le sujet de prédilection du photographe Jean-Marc Meunier. Depuis 1980, il interroge la nature équivoque de l'espace urbain.

Fin de l'infobox


Liens

×