Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une petite Suissesse, nouvelle coqueluche de Broadway

Jenny Mollet, enfant adopté de parents suisses à New York, se produit à Broadway dans «Color Purple»; une comédie musicale.

(swissinfo.ch)

Jenny Mollet vient de fêter son 10e anniversaire et est bourrée de talent. Depuis six mois, elle se produit à Broadway dans la comédie musicale «The Color Purple».

La famille de Jenny Mollet est originaire de Zurich. Il y a sept ans, les Mollet ont emménagé à New York. Ils vivent aujourd’hui à New Rochelle, petite ville située à une heure de Manhattan.

«Je n’étais plus moi-même; je suis sortie comme une folle de la voiture, j’ai sauté et répété en criant: ouais, ouais, ouais !»

C’est ainsi que Jenny évoque le moment où sa mère lui a appris qu’elle était retenue pour jouer dans «The Color Purple».

Sur scène, Jenny a une très forte présence, ce qui peut surprendre pour une enfant de son âge. D’ailleurs, que ce soit sur les planches ou dans les coulisses, la jeune actrice a incontestablement le show-biz dans le sang… Face à la journaliste qui l’interviewe, elle se confie sans crainte, évoque sa carrière en la pimentant d’anecdotes, démontrant déjà l’étendue de son talent !

De retour aux USA à l’âge de trois ans

Jenny est née en 1997 aux USA, où elle a été adoptée par la famille Mollet. Les Mollet résidaient alors à Zurich, ville dans laquelle Jenny a passé ses premières années.

Lorsque la famille repart s’installer à New York, Jenny ne parle que le Suisse allemand. Mais elle se fera rapidement à son nouvel environnement et apprendra l’anglais… sans pour autant oublier le dialecte des bords de la Limmat.

La famille Mollet a gardé de nombreux liens avec la Suisse, qui reste pour Jenny synonyme de «biberlis» (biscômes fourrés à la pâte d’amande), de montagnes enneigées et autres plaisirs de la glisse.

Jenny a un frère, Sascha, âgé de 25 ans, qui vit à Dietikon près de Zurich et qui vient aux USA lorsqu’on a besoin de lui. Il n’a pas hésité à devenir le chauffeur de sa soeur lors des débuts de cette dernière à Broadway: leur mère était en effet clouée au lit par une fracture du genou.

Une petite fille turbulente

«A l’heure actuelle, la famille vit au rythme de la carrière de Jenny», déclare Madame Mollet en attendant sa fille à la sortie des artistes.

Jenny nous rejoint en se frayant tant bien que mal un chemin parmi les fans qui se bousculent pour un autographe de Fantasia, le personnage phare de la comédie musicale.

Une scène qui se reproduit un peu plus tard, lorsque nous ramenons Jenny au théâtre pour la représentation du soir. Un petit bonjour par-ci, un petit signe de la main par-là: telle un tourbillon, Jenny grimpe les escaliers, me montre la loge où elle se tient entre les scènes avec deux autres petites artistes du spectacle, aux bons soins de Bridget, la jeune femme qui veille sur les jeunes actrices.

Mais comment Jenny, à peine âgée de 10 ans, s’est-elle retrouvée sur les planches de Broadway? «J’aime tout simplement danser et chanter. C’est ma vie», dit-elle en jetant vers sa mère un regard plein de malice.

«Très tôt, Jenny a commencé à bouger au rythme de la musique et à esquisser quelques pas de danse. Elle a fait ses débuts en imitant Barney, un dinosaure d’un programme télé pour enfants», se souvient sa mère.

Un premier rôle dans «Casse-noisettes»

A New York, Jenny a suivi ses premiers cours de danse et a fait ses débuts à l’âge de 4 ans dans une représentation de «Casse-noisettes». «J’ai toujours aimé danser devant les gens. Normalement, je n’ai pas le trac, sauf peut-être à Broadway lorsque je sais que des célébrités sont dans la salle, comme Oprah Winfrey, la coproductrice du spectacle.»

Outre des cours de danse, Jenny a aussi suivi des cours de chant. Et, depuis la fin de l’année dernière, elle a un manager. Peu de temps après avoir signé son premier contrat, et parmi diverses auditions, dont une pour le «Roi Lion», Jenny signait son premier engagement au Broadway Theater pour «The Color Purple», spectacle dans lequel elle a débuté le 9 mars dernier.

«J’ai eu deux semaines de répétitions et j’ai dû apprendre huit chansons. Comme j’ai été engagée en tant que ‘swing’, actrice remplaçante, je dois pouvoir jouer trois des rôles du spectacle.

Mais depuis avril, Jenny a un rôle fixe. Elle le jouera aussi longtemps que sa taille le lui permettra. Quant à l’avenir, il reste en point d’interrogation. C’est pour cette raison que la mère de Jenny veille à ce que sa fille puisse continuer à vivre normalement, comme une petite fille de dix ans qui aime de temps en temps voir ses copines.

Et l’école?

Jusqu’en quatrième, Jenny, qui avoue ne pas beaucoup aimer les maths, est allée à l’école comme les autres. Pour cette 5e année, qui vient de commencer, Caroline Mollet est devenue l’enseignante de sa fille, à domicile.

L’année de la 6e, Jenny souhaiterait suivre une école spécialisée qui prévoit dans son programme, outre les matières traditionnelles, un enseignement de danse, de chant et de comédie. Les examens d’admission auront lieu en hiver…

swissinfo, Rita Emch, New York
(Traduction et adaptation de l’allemand: Bertrand Baumann)

The Color Purple

«The Color Purple» est à l’origine un best seller d’Alice Walker, couronné en 1983 par le Prix Pulitzer et l’American Book Award.

En 1985, Steven Spielberg a adapté le livre sur grand écran, avec Whoopi Goldberg, Oprah Winfrey et Danny Glover.

Le spectacle est à l’affiche de Broadway depuis décembre 2005.

«The Color Purple» raconte la vie de femmes noires du Sud des Etats-Unis durant la première moitié du XXe siècle. Une histoire de souffrance et d’oppression, mais aussi d’espoir et d’émancipation.

Fin de l'infobox

Jenny Mollet

Jenny Mollet est née en mai 1997 aux USA. Elle a la double nationalité, américaine et suisse. Elle passe les trois premières années de sa vie à Zurich, puis la famille se rend aux USA.

Elle monte pour la première fois sur les planches à l’âge de 4 ans dans «Casse-noisettes». Les rôles au théâtre, à la TV ou dans d’autres lieux s’enchaînent. Depuis février 2007, elle se produit dans «The Color Purple».

La législation américaine lui impose de verser ses cachets dans un fonds administré par une fiduciaire. Pour pouvoir travailler comme actrice, Jenny doit obtenir l’autorisation des autorités éducatives américaines.

Le père de Jenny travaillait au départ aux USA pour une entreprise suisse; aujourd’hui, il est engagé une entreprise suédoise spécialisée dans les technologies de l’information.

Fin de l'infobox


Liens

×