Navigation

Plurilinguisme ou anglais pour tous?

Le recul du français en Suisse germanophone et de l’italien partout hors de son bassin naturel fait de plus en plus débat en Suisse. Les minorités linguistiques, qui réclament une politique active de plurilinguisme, ne cachent pas leur frustration.

Ce contenu a été publié le 31 mai 2012 - 15:50

Dans les écoles de la plupart des cantons germanophones, le français a cédé sa place à l’anglais comme deuxième langue étrangère. Dans le même temps, la langue de Shakespeare s’impose de plus en plus dans les grandes entreprises et les universités.

Ne serait-il dès lors pas réaliste d’adopter l’anglais comme première langue étrangère dans toutes les écoles de Suisse et d’en faire ainsi une «langue franque» entre les différentes régions linguistiques? Le plurilinguisme est-il vraiment indispensable pour la cohésion nationale? Ou ne s’agit-il que d’un leurre qui crée plus de problèmes qu’il en résout? Quelles solutions proposez-vous?

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.