Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

HC Lugano: la revanche des Romands

Trois des neuf francophones de Lugano: Keller, Dubé et Bozon (de gauche à droite)

(Keystone)

Fribourg-Gottéron et La Chaux-de-Fonds, les deux équipes romandes défendant les couleurs romandes en LNA cette saison, ont fait pâle figure au sein de l'élite du hockey suisse. Mais l'honneur des francophones du pays est sauf. Ils savourent leur revanche grâce à Lugano.

Fribourg éliminé dès les quarts de finale, toute la Romandie du hockey a les yeux braqués sur la série de promotion/relégation qui oppose Lausanne à La Chaux-de-Fonds. Pour la première fois de la saison, on se bouscule à l'entrée de la patinoire des Mélèzes. Tout un symbole.

La presse, la télévision et la radio de Suisse occidentale suivent le mouvement. La finale pour le titre entre Lugano et Zurich ne fait pas vraiment recette dans l'opinion publique. Un autre monde.

Et pourtant, les Romands y sont très bien représentés. L'honneur est donc sauf. Il n'y a dès lors aucun complexe à nourrir face au grand-frère Suisse alémanique, supérieur en nombre.

Le pionnier, Jean-Jacques Aeschlimann, exilé depuis 1991 au Tessin, a montré la voie à suivre. Désormais, neufs joueurs romands - soit près de la moitié de l'effectif - défendent les couleurs d'il «Grande Lugano».

Julien et Geoffray Vauclair, Régis Fuchs, Gaëtan Voisard, Olivier Keller. Puis dès le début de la présente saison Flavien Conne, Sandy Jeannin et Jan Cadieux sont venus gonfler les rangs des «bianconeri».

Car, les jeunes talents romands, avides de succès, désireux de se faire remarquer ou de signer de juteux contrats, n'ont pas le choix. La migration sous d'autres cieux - plus propices - s'impose.

Dans les vestiaires de la Resega, le succès se fête en français. D'autant que Bozon, Huet ou encore Dubé s'expriment eux aussi dans la langue de Molière. A ses côtés, l'anglais, défendu par Fair, Tschumi, Astley, Andersson, Lindberg et Savage, tente, tant bien que mal de résister. Que dire alors de l'allemand et de l'italien?

Fait intéressant, cette forte connotation romande du HC Lugano se retrouve dans d'autres clubs de pointe de la ville tessinoise. En effet, les francophones font également les beaux jours de Lugano en football et en basket-ball. Ou quand nul n'est prophète en son pays.

Mathias Froidevaux


Liens

×