Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Karl Kraus annonciateur du pire

José Lillo est seul sur scène, deux heures durant.

Peu connu des francophones, l'auteur autrichien a écrit, en 1933, les pages les plus lucides sur l'arrivée du national-socialisme en Allemagne.

Son dernier grand texte «Troisième nuit de Walpurgis» dénonce «l'innocence persécutrice». Il est créé à Genève par José Lillo, comédien discret et doué.

L'exigence comme devise de vie. Se faire connaître à n'importe quel prix, non et non. De cette ambition d'arriviste, José Lillo dit ne pas vouloir. C'est peut-être pour cela que ce comédien et metteur en scène de 36 ans, doué et discret, reste peu connu du grand public romand.

Les lumières de la scène l'attirent, mais il n'est pas du genre à faire du lobbying auprès des directeurs de théâtre pour vendre ses spectacles. Jusqu'à présent, ceux-ci ont été joués sur les planches du off à Genève.

Par accident

On se souvient de ses étincelantes «Nuits Blanches», d'après Dostoïevski, données en juin dernier et remarquées. Suffisamment pour qu'une scène institutionnelle genevoise -le Théâtre Saint-Gervais en l'occurence- programme aujourd'hui sa dernière création «Troisième nuit de Walpurgis».

Dans ce texte de l'écrivain autrichien Karl Kraus, José Lillo est entré «par accident», comme il dit. Trois cent pages rédigées dans l'urgence en 1933 et parues en français, en 2005 seulement (aux éditions Agone).

«Difficile de résister à l'écriture si belle et si haletante de Karl Kraus», lâche José Lillo.

Difficile aussi de travailler sur un sujet comme celui-ci: l'arrivée du national-socialisme en Allemagne. «Il y a eu beaucoup de films, de débats, de textes à ce propos, poursuit le comédien. Je ne voulais donc pas d'images qui fassent écran. Juste une qualité d'écoute pour laisser entendre la colère pure de l'auteur».

Cette qualité-là passe par le minimalisme: un spectacle sobre. José Lillo est seul sur scène, deux heures durant.

Refus criminel de l'autre

«J'aurais même pu rester plus longtemps précise l'acteur, tellement le raisonnement de Karl Kraus me semble nécessaire, appliquable à notre époque. L'écrivain parle de 'l'innocence persécutrice' qui en 1933 a donné licence à tout et qui aujourdhui anime la politique américaine: nous sommes attaqués, donc il nous faut réagir».

«Cette logique a mené à l'invasion de l'Irak, poursuit-il. Dans le passé, elle fut la cause de la deuxième guerre mondiale. Mais le plus important à mes yeux dans cette «Troisième nuit de Walpurgis» , c'est la préscience de Karl Kraus. Il a vu en 1933 ce que d'autres n'ont pas voulu voir: les sanatoriums qui annonçaient déjà les camps de concentration. On y enfermait les gens opposés au régime, déprimés, pour corriger leur mentalité».

Refus criminel de l'autre en somme, de celui qui ne pense pas comme moi.José Lillo est né à Genève, de parents espagnols.

Il dit: «J'ai grandi dans une ville internationale où l'on apprend à accepter les contradictions de son voisin de classe ou d'immeuble. La question des origines, je ne me la pose pas. Depuis longtemps j'habite la langue française».

swissinfo, Ghania Adamo

Faits

«Troisième nuit de Walpurgis», Genève, Théâtre Saint-Gervais, jusqu'au 6 mai.

Fin de l'infobox

En bref

José Lillo, 36 ans, comédien et metteur en scène, né en Suisse, de parents espagnols.

Diplômé de l'école de théâtre Serge Martin à Genève, il s'intéresse très vite aux auteurs de langue allemande.

En 1999, il monte «Woyzeck» de Georg Büchner, attiré par la jeunesse de ce texte fondateur du théâtre moderne.

Suivront «Outrage au public» de Peter Handke (en 2000) , «Penthésilée» de Heinrich von Kleist (en 2001) et «Don Juan ou l'amour de la géométrie» de Max Frisch (en 2002).

En 2004, il rejoint le collectif franco-suisse Quivala avec lequel il crée «Vaisseaux Brûlés». Le spectacle sera joué à Paris.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×