Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'Europe s'ouvre aux chercheurs suisses

Une porte s'ouvre pour les chercheurs helvétiques.

(Keystone)

Les chercheurs suisses peuvent participer tout de suite aux programmes européens avec les mêmes droits que leurs partenaires européens.

Un accord bilatéral sur la recherche entre la Suisse et l’Union européenne a été signé vendredi à Bruxelles, en présence du ministre de l’Intérieur, Pascal Couchepin.

La bonne nouvelle était attendue par tous les chercheurs suisses. Pascal Couchepin, ministre de l’Intérieur, Philippe Busquin, commissaire responsable de la recherche et l’ambassadrice Anne Anderson, de la présidence irlandaise, ont signé vendredi à Bruxelles un accord de coopération scientifique et technologique entre la Suisse et l’Union européenne (UE).

«C’est une chance pour la Suisse de devenir un partenaire à part entière dans le domaine de la recherche», s’est félicité Pascal Couchepin. «La Suisse est un petit pays, mais elle est une puissance scientifique», a ajouté le conseiller fédéral.

Le commissaire Philippe Busquin s’est également réjoui de cette signature. Celle-ci «formalise la collaboration avec la Suisse dans le domaine de la recherche européenne», a souligné le commissaire.

Les mêmes droits

Philippe Busquin a insisté sur la nécessité de développer l’espace européen de la recherche, «si l’Europe veut garder sa place dans le monde». «Que la Suisse soit un partenaire entier est un acte positif», a-t-il ajouté.

Grâce à cet accord, qui entre en vigueur rétrospectivement au 1er janvier 2004, les chercheurs suisses pourront participer au 6e programme-cadre de recherche et de développement (PCRD) de l’UE (2003-2006) avec les mêmes droits que leurs collègues européens.

Depuis 1992, la Suisse participe aux programmes européens, mais «projet par projet», avec le statut de pays tiers. La participation des chercheurs helvétiques était financée par la Confédération.

Désormais, la Suisse est un pays «associé». Ses chercheurs pourront dorénavant assumer la direction de projets. Ils pourront également participer aux organes de décisions qui définissent la politique de l’UE en matière de recherche.

Quote-part

Les participations suisses aux projets seront financées par la Commission européenne. Mais la Suisse devra payer sa quote-part au budget européen de la recherche. Proportionnelle au PIB, la contribution annuelle de la Suisse s’élèvera entre 200 et 220 millions de francs.

Les Chambres fédérales ont voté en juin 2002 un crédit de 869 millions de francs pour la participation de la Suisse au 6e PCRD.

En raison du retard de la signature de l’accord, le crédit a été revu à la baisse et porté à 803 millions de FS. La majeure partie des investissements devrait revenir en Suisse sous la forme de financement de projets.

En effet, l’accord sur la recherche faisait partie des «bilatérales I» qui sont entrées en vigueur en juin 2002. Mais l’accord portait sur le 5e PCRD qui touchait alors déjà à sa fin.

Car contrairement aux autres accords, l’accord sur la recherche doit être renouvelé pour chaque programme européen. Il a donc fallu reprendre les négociations.

Berne devra donc renégocier la participation de la Suisse au 7e PCRD. Mais, selon Philippe Busquin, les chercheurs n’ont aucun souci à sa faire, «le phénomène est irréversible»: l’accord signé vendredi intègre définitivement les scientifiques suisses à la recherche européenne.

swissinfo, Barbara Speziali, Bruxelles

Faits

Depuis 1992, la Suisse participe aux programmes européens, mais «projet par projet», avec le statut de pays tiers et le financement de la Confédération.
Grâce à cet accord, qui entre en vigueur rétrospectivement au 1er janvier 2004, les chercheurs suisses pourront participer au 6e programme-cadre de recherche et de développement (PCRD) de l’UE (2003-2006) avec les mêmes droits que leurs collègues européens.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×