Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse et l'Italie, partenaires culturels

Pascal Couchepin accueille son homologue italien Francesco Rutelli. (fotofestival/Massimo Pedrazzini)

A Locarno, on ne parle pas que cinéma, mais aussi politique. Samedi, Pascal Couchepin, ministre suisse en charge de la culture, y rencontrait son homologue italien Francesco Rutelli.

Les deux hommes ont signé deux accords, l'un sur l'accès réciproque aux musées et autres sites culturels et l'autre sur les coproductions cinématographiques.

Tout sourire, entouré d'une meute de journalistes et serrant les mains à la ronde, Francesco Rutelli, ministre de la culture et vice-président du Conseil italien, s'est offert une promenade sur la Piazza Grande avant sa rencontre officielle avec Pascal Couchepin

«C'est une des plus belles places d'Europe et je suis particulièrement heureux d'être ici», a-t-il dit, notamment à swissinfo.

A Locarno, le premier samedi du Festival voit débarquer chaque année les personnalités politiques. Outre Messieurs Couchepin et Rutelli, la présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey et le ministre allemand des affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier étaient de la partie. En soirée, tout ce beau monde est invité au traditionnel 'Dîner républicain'.

Musées, monuments et cinéma

Au terme du bref entretien entre les deux ministres, Pascal Couchepin a souligné que «la Suisse et l'Italie collaborent étroitement dans le domaine culturel», rappelant en particulier l'accord sur la restitution des biens culturels, qui entrera prochainement en vigueur.

Autre accord, celui sur l'accès aux institutions culturelles publiques, qui permet aux touristes suisses de bénéficier des mêmes tarifs d'entrée dans les musées ou les sites archéologiques que les Italiens. Et vice-versa, bien entendu.

Concrètement, les retraités, les enfants et les jeunes de moins de 18 entreront gratuitement et les jeunes entre 18 et 25 ans paieront demi-tarif.

«Avec cet accord, vous allez devenir très populaire en Suisse», a lancé Pascal Couchepin à Francesco Rutelli, qui s'est beaucoup engagé pour sa concrétisation.

A Locarno, les deux hommes ont encore signé un accord de coproduction, qui intensifiera la collaboration cinématographique entre les deux pays.

Le texte prévoit notamment d'abaisser de 30 à 20% la participation financière minimale du producteur minoritaire, soit à un niveau qui correspond mieux à la réalité des coproductions italo-suisses. Cette année, l'une d'elles est d'ailleurs en compétition au Festival: 'Fuori dalle corde', premier long métrage du réalisateur tessinois Fulvio Bernasconi.

Racines communes

«Je ne suis pas seulement à Locarno en signe d'amitié, mais également pour montrer que nos relations sont toujours plus intenses et toujours meilleures», a encore dit Francesco Rutelli.

Et d'évoquer d'autres dossiers en cours, comme une collaboration future pour mettre en valeur l'héritage des illustres architectes tessinois d'autrefois, partout considérés comme italiens et dont la Suisse revendique l'origine et les mérites.

«Francesco Borromini et ceux qui l'ont suivi permettent d'expliquer nos racines communes, estime le ministre de Rome. Car une des particularités de la Suisse est d'avoir aussi un cœur italien».

Quant à son regard personnel sur Locarno, Franscesco Rutelli a dit à swissinfo sa fascination pour la Piazza Grande, «témoin par excellence du Moyen Age et de la Renaissance italiennes, lieu de convivialité, de dialogue, de rencontres, d'amitié, de tolérance et de formation des consciences sociales et civiles».

swissinfo, Françoise Gehring à Locarno
(Traduction et adaptation de l'italien: Marc-André Miserez)

Faits

Selon la statistique 2006 du commerce extérieur, l'Italie est le deuxième partenaire commercial de la Suisse en Europe, après l'Allemagne et avant la France.

Exportations suisses vers l'Italie (de janvier à novembre): 14,9 milliards de francs, surtout de produits chimiques et pharmaceutiques, machines et électricité.

Importations italiennes en Suisse: 17,3 milliards, principalement de produits pharmaceutiques, machines, textiles et habillement, produits agricoles et alimentaires.

Fin de l'infobox

Une coopération étroite

Un réseau serré d'accords règle la collaboration entre la Suisse et l'Italie. Plusieurs accords importants sont entrés en vigueur ces dernières années: Accord relatif à la coopération entre les autorités de police et de douane (2000), Convention d'entraide judiciaire en matière pénale (2003), Accord sur la collaboration scientifique et technologique (2006).

Dans le domaine de la collaboration transfrontalière, le canton du Tessin et les provinces italiennes avoisinantes ont créé en 1995 la 'Regio Insubrica'.

Les deux pays ont également de forts liens économiques et culturels. L'Institut suisse de Rome (fondé en 1947), le 'Centro culturale svizzero' de Milan (1997), le 'Spazio culturale svizzero' de Venise (2002) et le 'Centro di studi italiani' de Zurich (1950) sont des centres d'échanges culturels importants.

En plus de la présence traditionnelle d'étudiants tessinois dans les hautes écoles italiennes, on observe un courant croissant en sens inverse depuis la fondation de l''Università della Svizzera italiana' (1996).

Fin de l'infobox


Liens

×