Les mondes louftingues de Plonk & Replonk

Nicole Grédy, Hubert Froidevaux, à l’heure de l’ère de la poule swissinfo.ch

Dès ce week-end, Plonk & Replonk investissent la Maison d'Ailleurs à Yverdon-les-Bains, avec «40 000 ans de science-fiction contemporaine».

Ce contenu a été publié le 25 janvier 2002 - 09:45

«A Yverdon, Plonk et Replonk proposent une visite guidée à travers de nombreux mondes parallèles du grand Sandwich Cosmique qu'est notre univers. Un parcours à rebrousse-poil dans l'espace-temps, de l'ère du patatausore aux voyages rétro-fictifs, des vues plongeantes et panoramiques sur l'infiniment petit, l'infiniment grand, sans négliger l'infiniment moyen», dit la brochure de présentation.

Propos qui illustrent assez bien l'esprit absurdo-pataphysique qui se dégage des œuvres de Plonk et Replonk. Un «collectif» né en 1995 à La Chaux-de-Fonds, constitué en association dès 1997. Depuis cette date historique, le public a pu découvrir, notamment par voie de presse («Le temps», puis «Der Bund») les «Belles cartes postales de Plonk & Replonk», détournements d'images anciennes dans lesquelles les joyeux drilles injectent leur humour loufoque et gentiment subversif.

«Mondes parallèles et perpendiculaires»

L'exposition d'Yverdon se décline en plusieurs chapitres: «le passé du futur, le présent du futur et le futur du futur», résume Hubert Froidevaux, l'un des fondateurs de Plonk. Et pour l'occasion, le collectif s'est adjoint le talent d'une scénographe, Nicole Grédy.

Le rez-de-chaussée de la Maison d'Ailleurs accueille «les ères les plus marquantes de notre civilisation» (l'ère du poulet, de la pomme de terre etc.). Au 1er étage, une salle est consacrée à Helvétus IV, Roi des Suisses. Au 2e, une drôle d'agence de voyage («Jetlag Cosmos») propose des affiches publicitaires vantant les qualités de destinations étranges («Mâchenouille-les-Bains, paradis des bains de pieds»).

Plus étrange encore: dans le vaisseau spatial qui domine le bâtiment, une collection de peluches dont les visages originels ont été remplacés par des photographies de personnages célèbres: l'occasion de voir Hitler et Mussolini en pandas, Arafat en Schtroumpf ou Brigitte Bardot... en phoque! Enfer, paradis, purgatoire... qui est où? Réponse à Yverdon.

L'usure d'un procédé

Plonk & Replonk sont drôles, c'est indéniable. Et inclassables. Tellement inclassables qu'ils parviennent à se faire intégrer à n'importe quelle thématique ou presque. En 2000, on pouvait voir leurs fameuses cartes postales dans le cadre des Journées photographiques de Bienne, axées cette année-là sur la subjectivité dans l'image. En 2001, à Paris, la Galerie Baudoin-Lebon les présentait dans le cadre d'un cycle sur le paysage. Les voici associés à la science-fiction et au voyage extraordinaire.

Plonk & Replonk commencent peut-être malgré eux à ressembler à une sorte de fourre-tout sur lequel on peut projeter tout et n'importe quoi. D'autre part, à force de recycler des «œuvres» qu'on a déjà vues dans d'autres contextes, ne craignent-ils pas une certaine usure auprès du public et des médias?

«On est étonné, il y a toujours des gens qui n'ont jamais entendu parler de Plonk», répond ingénument Hubert Froidevaux. S'il nous faut attendre que la planète entière les ait découverts pour qu'ils envisagent de faire évoluer leur registre, ils risquent tout de même de perdre quelques anciens enthousiastes en cours de route.

Vernissage décibelique et rigolard

Pour l'heure, Plonk, Replonk et leurs supporters s'apprêtent à faire la fête. Samedi, ils débarqueront à Yverdon dans un car spécialement affrété. Le Roi de Suisse Helvétus IV sera de la partie.

Des musiques venues d'ailleurs accompagneront leurs mondes parallèles: Space Out Sound System et Al Comet (membre des Young Gods) à la Maison d'Ailleurs. Puis Reverend Beatman et DJ Tanguy aux «Citrons masqués», le nouveau lieu qui bouge à Yverdon-les-Bains (à ne pas confondre avec Mâchenouille-les-Bains).

Bernard Léchot

"Mondes parallèles et perpendiculaires" de Plonk & Replonk, à la Maison d'Ailleurs à Yverdon-les-Bains, jusqu'au 7 avril.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article