Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les Suisses d'Angleterre soutiennent swissinfo

L'avenir de swissinfo est actuellement entre les mains des parlementaires.

(swissinfo.ch)

Les expatriés suisses vivant en Grande-Bretagne ont adopté une résolution rejetant le projet de démantèlement de la plate-forme multimédia.

A l’occasion d’une réunion de la Fédération des sociétés suisses de Grande-Bretagne, les délégués ont jugé «inacceptable» le plan de restructuration de SSR SRG idée suisse.

Après les Suisses de France, d’Allemagne, d’Italie, du Portugal, d’Espagne et des Pays-Bas, ceux vivant en Grande-Bretagne donnent à leur tour un signal clair en faveur de swissinfo. Ils dénoncent le projet de démantèlement de la SSR qui engendrerait environ 80 licenciements.

En mars, SSR SRG idée suisse – la maison mère de swissinfo - avait annoncé son intention de réduire la plate-forme multimédia, actuellement en neuf langues, à un service Internet en anglais lui-même réduit de moitié.

Seuls trois journalistes assureraient l'information des Suisses de l'étranger dans les langues nationales (français, allemand, italien). Et tous les autres services (arabe, espagnol, portugais, chinois, japonais) disparaîtraient totalement.

«Affligés!»

Réunis samedi dernier à Broadstairs, sur la côte britannique, les quelque cinquante délégués de la Fédération des sociétés suisses de Grande-Bretagne ont adopté une résolution s’opposant au projet de démantèlement de swissinfo.

«Nous sommes vraiment affligés par le projet de la SSR», commente Joe Broggini, membre du comité de la fédération, qui compte maintenant transmettre le texte, signé au nom des 26'000 Suisses expatriés en Grande-Bretagne, aux autorités fédérales à Berne.

Maintien de l’offre

Lancée en présence de l’ambassadeur de Suisse en Grande-Bretagne Alexis Lautenberg, la résolution exige de la SSR qu’elle maintienne intégralement l’offre de swissinfo.

«Il s’agit de la source d’information et de la voix des Suisses de l’étranger. En ce sens, swissinfo fournit un service public clairement ancré dans le mandat de la SSR», rappelle le texte. «Le nombre de postes actuels doit être maintenu. Et le personnel de swissinfo doit rester à Berne.»

Décision du Parlement

L’avenir de l’ancienne Radio suisse internationale est actuellement entre les mains des parlementaires suisses qui débattent de la nouvelle Loi sur la radio et la télévision (LRTV). Une décision concernant swissinfo n’est pas attendue avec l’automne.

Lors de la réunion de Broadstairs, l’ambassadeur de la Cinquième suisse auprès du ministère des affaires étrangères Peter Sutter a déclaré qu’il se battait aux côtés de l’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE) pour convaincre les parlementaires de la nécessité de maintenir swissinfo.

«Ce serait plus que regrettable, souligne-t-il, que la SSR démantèle swissinfo (en plein débat sur la nouvelle loi)».

swissinfo, Ramsey Zarifeh à Broadstairs
(Traduction de l’anglais: Alexandra Richard)

Faits

swissinfo est née en 1999, succédant à Radio suisse internationale, qui a cessé d’émettre définitivement en 2004.
Le siège de swissinfo est à Berne.
La plate-forme multimédia est disponible en neuf langues: allemand, français, italien, anglais, espagnol, portugais, arabe, chinois et japonais.

Fin de l'infobox

En bref

- Actuellement, swissinfo occupe 120 personnes.

- Le plan de restructuration de la SSR prévoit environ 80 licenciements.

- Pour l’heure, il est gelé, en attendant une décision du ministre de la communication et des parlementaires qui débattent de la nouvelle loi sur la radio et la télévision.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.