Martigny expose les grandes oeuvres de Van Gogh

Abricotiers en fleurs, Vincent Van Gogh (1888). Keystone

Pour la Fondation Gianadda, le rêve est devenu réalité: exposer les toiles du génie Vincent Van Gogh jusque fin novembre. Méconnu de son vivant, adulé de nos jours, le peintre hollandais aura connu un destin christique.

Ce contenu a été publié le 21 juin 2000 - 23:55

Vincent Van Gogh (1853-1890) n'a vendu dans sa vie qu'une seule toile, grâce à son frère confident Théo. Aujourd'hui, les peintures du maître d'œuvre hollandais sont considérées comme les plus chères au monde. A titre d'exemple, «Le portrait du Docteur Gachet» a été vendu 82,5 millions de dollars, en 1990, à New-York.

Mais Vincent endossa d'abord la profession de courtier en art, puis épousa une vocation de prédicateur, pour enfin suivre son véritable destin d'artiste peintre.

Van Gogh a peint durant dix ans. Entre les Pays-Bas, Paris et Arles. Il accoucha de 9000 tableaux et 1100 dessins, aquarelles et estampes. C'est dire si son activité de peintre relevait de la compulsion et d'un besoin intense et profond.

Des apports impressionnistes, Van Gogh retiendra l'éclaircissement de la palette, telle sa toile «Le pont de Clichy» (1887) exposée, précisément, dans le Musée octodurien.

Mais surtout, Vincent a su préserver la force de ses archaïsmes initiaux. Le mélange de primitivisme et d'autonomie aura une grande influence sur l'évolution de l'art au XXe siècle. En particulier sur les fauves et les expressionnistes.

«Je sais avec certitude que j'ai le sens des couleurs, la peinture dans la peau», écrivait-il de La Haye à son frère Théo en 1882. «Toutefois, renchérissait-il un an plus tard, je m'efforce de ne pas donner trop de détails, car ils effacent la rêverie».

En 1888, des Saintes Maries de la Mer, Van Gogh «cherche à exagérer l'essentiel, à laisser exprès le banal dans le vague».

Enfin, en 1890, peu avant son suicide, au nord de Paris, alors que le docteur Gachet désespère au chevet du peintre hollandais, Vincent écrit encore à propos de sa peinture «ce sont d'immenses étendues de blé sous des cieux troublés et je ne me suis pas gêné pour exprimer tristesse et solitude extrêmes».

Emmanuel Manzi

Exposition Van Gogh à la Fondation Gianadda de Martigny: du 21 juin au 26 novembre 2000, de 09h à 19h tous les jours.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article