Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Maurice Béjart et ses Sept danses grecques au cœur de Lausanne

Maurice Béjart n’a emprunté que très peu de pas aux danses grecques. (archives Keystone)

La mer Egée? Les Cyclades? Le port du Pirée? Vous y êtes transportés par le Ballet Béjart de Lausanne, tout au long de décembre, sur la scène du Métropole.


«Pas de costume, pas de décor, rien qui ne rappelle extérieurement l'univers grec, lance d'entrée le chorégraphe lausannois, Maurice Béjart, juste le mouvement et l'odeur de la mer».

Pour ce faire, Maurice Béjart s'est donné un mot d'ordre: «devenir l'autre et non pas dépeindre l'autre», en parlant de l'exécutant d'une danse grecque.

De toute son âme, Maurice Béjart tend ainsi à faire passer dans la danse ce que transmet la musique. C'est-à-dire véhiculer une émotion. «On comprend bien un pays au travers de sa musique».

«M'imprégner profondément de l'âme hellénique, sans toucher à ce qu'on appelle le folklore grec, tient à préciser le maître. Au grand jamais, je ne voudrais que mon corps de ballet exécute des pâles copies de danses traditionnelles».

Maurice Béjart n'a ainsi emprunté que très peu de pas aux danses grecques. «C'est par l'intérieur plutôt que par l'extérieur que nous nous sommes approchés de l'identité hellénique».

«Evidemment, pour communiquer l'esprit grec à mes danseuses et danseurs, cela a pris du temps, concède le chorégraphe lausannois. Car il fallait traduire des idées abstraites en des mouvements concrets. Mais j'ai longtemps travaillé la musique grecque. Et c'est mon métier que de faire passer ce genre de message».

Sur scène, la Grèce est ainsi d'autant plus présente que les emprunts à son folklore sont minimes. Le BBL est allé donner ce ballet des Sept danses grecques dans le monde entier. «Or, les gens, lorsqu'ils sortaient de mon spectacle, commente Maurice Béjart, n'éprouvaient qu'une seule envie: partir en Grèce!».

A tel point que les Sept danses grecques constituèrent le plus gros succès du Béjart Ballet à New York. La troupe lausannoise les a d'ailleurs interprétées durant deux saisons de suite, dans la mégapole américaine.

Pour mémoire, les Sept danses grecques ont d'abord été créées, il y a une vingtaine d'années, pour une fête dans les arènes d'Arles. Puis, elles ont fait l'objet d'une version très allongée de dix danses à Athènes. Et pour finir, le concept chorégraphique a été réduit à sept danses. D'un commun accord avec le compositeur Mikis Theodorakis.

Outre ces Sept danses grecques, le BBL offre sur la scène du Métropole à Lausanne, en décembre: Le Mandarin merveilleux, Elton Berg et Symphonie pour un homme seul.

Emmanuel Manzi

Représentations: 14, 15, 19, 20, 21 et 22 déc. à 20h. Ainsi que les 16 et 17 déc. à 18h.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×