Montreux aux couleurs d'or du Brésil

Daniela Mercury, ambassadrice de Bahia. Keystone

La samba du beau gosse Xanddy enflamme le Montreux Jazz Festival. Celle de la sensuelle et talentueuse Daniela Mercury l'envoûte frénétiquement.

Ce contenu a été publié le 14 juillet 2002 - 10:42

Alors que le directeur du Montreux Jazz, Claude Nobs, présente la soirée brésilienne de son 36e Festival, une dizaine d'armaillis défilent sur la scène en faisant sonner leur grosse cloche.

Dans le même temps, sur les deux écrans géants de l'Auditorium Stravinski, défilent les goals marqués par l'équipe championne du monde du Brésil à la dernière Coupe du monde de football au Japon/Corée du Sud.

C'est là tout le charme du Montreux Jazz Festival qui sait rassembler les cultures différentes pour mieux mettre en exergue chacune d'elles.

Or, la samba est évidemment à l'honneur de la soirée brésilienne. Cette musique, vous savez, qui vient du cœur et qui épouse la sensualité des corps dans un rythme effréné.

Un orchestre pour la fête

C'est de la sorte que le groupe Harmonia do Samba enflamme la nuit de samedi. L'Auditorium Stravinski est archi-comble. La colonie brésilienne de Suisse est au rendez-vous. Avec drapeaux et maillots du Brésil.

Les unes après les autres, les plus habiles des Brésiliennes déjouent la sécurité pour aller toucher, embrasser le chanteur Xanddy sur scène.

C'est que l'homme est un bellâtre de près de deux mètres. Et il chante et danse avec une sensualité débordante. Normal qu'elles craquent toutes pour lui!

Harmonia do Samba est une formation d'une douzaine de musiciens qui balance ce qu'on appelle «le pagode», un genre de samba-pop très festive, née dans les quartiers pauvres.

La salle danse. Les mains se tendent vers la scène. Et les filles sont portées sur les épaules de leur cavalier pour mieux voir le chanteur se déhancher dans son pantalon rouge patte d'éléphant.

L'homme a du charisme et le sens de la dérision, surtout quand il se laisse taquiner par son saxophoniste pour un duel/duo vocal-saxo.

Danseuse-chanteuse de rêve

Mais les artistes de Harmonia do Samba ne sont pas seuls à fêter le Brésil. Comme eux, Daniela Mercury vient aussi de Salvador de Bahia. Mais à leur différence, la ravissante Brésilienne n'est pas à son premier passage à Montreux.

Chanteuse, danseuse, compositrice et productrice, Daniela Mercury décline une samba beaucoup plus «world music». Elle évolue dans un créneau plus ethnique et recherché. A l'image des instruments employés et des habits indiens portés par ses dix musiciens.

Avec son récent nouvel album «Sol Da Liberdade», Daniela Mercury réaffirme une nouvelle fois au Montreux Jazz Festival son rôle d'ambassadrice internationale de la musique de Bahia.

Et elle le fait avec un talent fou. Pas étonnant, cette femme a tout pour elle: une voix qui porte, un sourire ravageur, du punch à revendre et un corps parfaitement sculpté.

Plus que de simples pas de danse, elle esquisse de véritables chorégraphies avec ses choristes-percussionnistes. La classe!

Qu'il est loin le temps où Daniela Mercury n'était que la choriste de Gilberto Gil. Le Brésil a ses talents qui embellissent la vie. Car tout ce que touche en général une Brésilienne, un Brésilien dénote d'un sens artistique inné. "O Brazil"!

swissinfo/Emmanuel Manzi à Montreux

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article