Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Morges: le rire, par oral et par écrit

Bigard, détail - éloquent - de l’affiche (image tirée du site)

Après Montreux, c'est à Morges de vivre à l'heure de la franche rigolade grâce à la 13e édition de Morges-sous-Rire. Début des festivités le 12 juin. Mais les préliminaires, dès vendredi, s'appellent Bigard...

C'est mardi 12 juin que Morges-sous-Rire vivra sa soirée d'ouverture, sous les auspices de Gustave Parking, accompagné de Vincent Roca, Dau & Catella, Pierre Aucaigne et Kroupit.

Une journée qui sera en principe également marquée par la présence de Moritz Leuenberger. Celui-ci tentera de démontrer qu'un Président de la Confédération a le sens de l'autodérision, puisqu'il inaugurera le Salon du dessin de presse, qui se tient dans les murs du Théâtre de Beausobre, et dont l'exposition principale est consacrée chaque année au chef de l'exécutif helvétique.

Un Salon qui proposera également une exposition sur le thème de la vache folle, une autre qui parcourra l'œuvre du dessinateur André-Paul, et une quatrième qui présentera l'humour à la sauce «Le Monde»: le Français Plantu sera de la partie.

Plantu, qui, cette année, est parrain du Festival avec une autre forte, très forte personnalité de l'humour: Raymond Devos, lequel assistera à la soirée Danyboon du 16 juin. Plantu et Devos, on a les amis - en l'occurrence les parrains - qu'on mérite. Chapeau bas à Jean-Marc Desponds, fondateur de Morges-sous-Rire et big boss du Théâtre de Beausobre depuis toujours.

Le Festival en lui-même se déroule dans deux salles: le Casino de Morges pour les vedettes en devenir (dont Vincent Roca ou Marc Donnet-Monay), le Théâtre de Beausobre pour les artistes consacrés. Cette année, Gustave Parking (12), Michèle Bernier dans «Le démon de midi» (13), la comédie «On choisit pas sa famille» de Jean-Christophe Barc (14), Les Frères Taloche (15), Didier Gustin (15), Danyboon (16 et 18), et Michel Boujenah (17).

En guise d'apéritif (costaud, l'apéritif), Jean-Marie Bigard «met le paquet», selon le titre de son 6e spectacle, vendredi, samedi et dimanche. L'humour musclé de cet ancien prof de gym promet à ce 13e festival un démarrage musclé, des éclats de rire massifs et quelques notables vaudois(es) un peu choqué(es). On le souhaite, en tout cas.

Bernard Léchot

Morges-sous Rire, Théâtre de Beausobre, du 8 au 18 juin.


Liens

×