Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Extension du musée national de Zurich Une touche de modernité pour l’ancien musée au château

Zurich vient d’inaugurer la nouvelle aile ultra-moderne de son Musée national, qui présente la plus grande collection d’objets de l’histoire et de la culture suisses. Présenté pour la première fois en 2002, le projet d’extension a fait depuis l’objet de polémiques, de batailles politiques, de votations et de verdicts du Tribunal fédéral.

Construit en 1898, le Musée national de ZurichLien externe a été conçu pour recueillir et conserver les biens culturels du jeune Etat fédéral, qui risquaient d’être vendus à l’étranger ou perdus à jamais. L’imposant édifice en forme de château médiéval devait en même temps contribuer à renforcer l’identité d’un pays avec quatre langues et cultures différentes.

Des tâches que le «Landesmuseum» e effectivement réussi à assumer depuis plus d’un siècle: aujourd’hui encore, il reste le musée historique et culturel le plus visité de Suisse. Ce premier août 2016, plus de 23'000 personnes sont venues pour la journée d’inauguration de la nouvelle aile, à laquelle ont participé notamment le ministre en charge de la culture Alain Berset, ainsi que les anciens membres du gouvernement fédéral Moritz Leuenberger et Christoph Blocher.

Conçue par les architectes Christ & Gantenbein, pour un coût de 110 millions de francs, la nouvelle aile est dotée d’une infrastructure moderne, qui comprend, sur 2200 m2 des salles d’exposition polyvalentes, un centre d’études et une bibliothèque. Voulue depuis des décennies, cette extension du musée a suscité une vaste polémique et de fortes résistances dès la présentation du projet vainqueur du concours d’architectures, il y a 15 ans.

Au centre des critiques figuraient en particulier le coût élevé de la réalisation, la disparition partielle du parc historique entourant le musée et le contraste frappant entre le bâtiment d’origine et la nouvelle aile en béton. Pour en arriver à sa réalisation, il a fallu passer, entre autres, par une décision du parlement fédéral, une votation communale et une votation cantonale à Zurich et deux verdicts du Tribunal fédéral (Cour suprême) contre les recours des opposants.

(Photos: Keystone, Texte: Armando Mombelli)