Navigation

Nouvel Oscar suisse

Le producteur bâlois Arthur Cohn (à droite) a reçu un nouvel Oscar dimanche soir à Los Angeles. Il a été récompensé dans la catégorie documentaire pour le film britannique «One Day in September». C’est le sixième Oscar engrangé par Arthur Cohn.

Ce contenu a été publié le 27 mars 2000 - 12:07

Le producteur bâlois Arthur Cohn (à droite) a reçu une nouvelle distinction dimanche soir lors de la 72e remise des Oscars à Los Angeles. Il a été récompensé dans la catégorie documentaire pour le film britannique «One Day in September» de Kevin McDonald. C’est le sixième Oscar engrangé par Arthur Cohn.

Ce n’est pas la première fois que le Bâlois concourait au grand rendez-vous du cinéma américain. La preuve: Arthur Cohn en a déjà ramené cinq Oscars. Mais sa 6e distinction est d’autant plus louable que le très remarqué «Buena Vista Social Club» de l’Allemand Wim Wenders figurait dans la même catégorie.

«One Day in September» évoque ce jour de 1972 où, dans le cadre des Jeux Olympiques de Munich, plusieurs membres de la délégation israélienne avaient perdu la vie suite à l’agression d’un commando palestinien. Terminé en octobre, le film n’a pas encore été diffusé dans les salles.

Un autre long métrage cofinancé par des producteurs suisses participait à la course à l’Oscar du meilleur film étranger: «Himalaya, l’enfance d’un chef» d’Eric Valli. Tourné entre 4000 et 8000 mètres d’altitude, le film relève de l’exploit. Mais cela n’a pas suffi pour attirer les faveurs du jury.

A Los Angeles, la soirée de dimanche a débuté par un moment d'émotion avec la remise du prix du meilleur second rôle féminin à Angelina Jolie, 24 ans, au bord des larmes, et récompensée pour un rôle difficile d'adolescente dans un asile psychiatrique, dans «Girl, Interrupted».

Emotion encore avec la remise sous ovation de l'Oscar du meilleur second rôle au Britannique Michael Caine, 66 ans, pour son interprétation d'un docteur, faiseur d'anges, dans un orphelinat de l'après-guerre, dans «The Cider House Rules».

L’Oscar du meilleur film étranger est finalement revenu à l’Espagnol Pedro Almodovar avec «Tout sur ma mère». Hillary Swank a été désignée meilleure actrice pour son rôle dans «Boys Don’t Cry». «Matrix», pour sa part, récolte quatre Oscars pour le son, le montage, les effets spéciaux, sonores et visuels.

Mais c’est «American Beauty», satire sociale d'un couple de la classe moyenne américaine, qui a vraiment triomphé à Los Angeles en raflant cinq distinctions: celles du meilleur film de l’année, du meilleur réalisateur (Sam Mendes), de la meilleure image, du meilleur scénario original et du meilleur acteur pour Kevin Spacey.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.