Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Pierre-Marcel Favre, touché par la foule

Pierre-Marcel Favre trouve touchant la foule de jeunes venus au Salon.

(swissinfo.ch)

Fin du 15e Salon du Livre, de la Presse et du Multimédia de Genève. Le rideau se ferme sur un bilan qui rend Pierre-Marcel Favre, le boss, parfaitement heureux.

«Comme tous ceux qui sont venus, visiteurs et exposants, on peut constater que l'intérêt face à la formule du Salon reste entier», constate Pierre-Marcel Favre. Un bilan chiffré n'est pas encore possible, car il manque un certain nombre de données. Mais le président est confiant: «L'estimation est extrêmement favorable: elle donne quelque chose qui est proche, ou supérieur au chiffre de l'année passée».

Le porte-parole du Salon, lui, parle de «succès populaire complet». «L'affluence a été formidable, lance Gérard Geiger. Et l'agence de presse ats de chiffrer le nombre de visiteurs à 123 000 contre 118 000 l'an passé.

Chaque année, et malgré le succès incontestable de la manifestation, des critiques s'élèvent. 2001 ne fait pas exception à la règle. Pierre-Marcel Favre tiendra-t-il compte de certaines d'entre elles?: «Les critiques sont toujours focalisées sur des détails. Or ce qui importe quand on pilote une grande manifestation de ce type, c'est la satisfaction générale... Or des critiques de fond, moi je n'en vois pas. Rien. Zéro. Que des détails».

C'est un peu vite dit, dans la mesure où les principaux reproches adressés à cette 15e édition concernaient la discrétion incontestable, pour ne pas dire la maigreur, des secteurs du multimédia et de la musique. Des annexes que Pierre-Marc Favre qualifie d'«accessoires»...

A sa décharge toutefois, rappelons qu'à chaque nouveau développement apporté dans le cadre de la manifestation genevoise, les ayatollahs du livre reprochaient aux organisateurs de noyer l'écrit dans une masse d'animations annexes...

Autre regret possible: si les auteurs romands sont légion sur les stands, prêts à dédicacer, les vedettes françaises brillent plutôt par leur absence. Un problème qui s'explique toutefois par le fait que les éditeurs parisiens ne font pas le déplacement de Genève, mais sont pratiquement tous représentés par leurs diffuseurs suisses.

Qu'est-ce que le président retient de cette 15e édition? «Ce qui est touchant, formidable, et prenant, c'est de voir la foule, et surtout la foule de jeunes. Cela reste la satisfaction la plus grande. Rien de mieux que de constater que ce qui nous amène à faire ce salon chaque année plaît, y compris aux jeunes générations».

Vous pouvez déjà dégainer votre agenda: l'édition 2002 se tiendra du 1er au 5 mai. Les hôtes d'honneur seront le Brésil et le canton de Zurich. Et San-Antonio/Frédéric Dard succédera à Leonor Fini sur les cimaises de la «Grande exposition». Le plus iconoclaste des commissaires exposé à Palexpo? Belle excursion en perspective.

Bernard Léchot


Liens

×