Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Pierre Mifsud joue en solo «Les arbres sous-marins»

L'acteur franco-suisse s'est souvent distingué dans les rôles comiques. A Genève, il ne déroge pas à la règle. Seul sur la scène du théâtre de l'Usine, il fait rire avec des mots poétiques.

A peine est-il entré sur le plateau que Pierre Mifsud trébuche. Avec quoi? On ne sait pas. Fâché, il ressort pour tailler une planche de bois dans les coulisses et en ramener un petit bout qu'il tente de glisser dans la fente d'un mur.

D'emblée, la scène est prise pour un lieu réduit aux accidents du plateau. Des accidents, il y en aura plein dans «Les arbres sous-marins».

A commencer par les caprices d'un tuyau qui n'en finit pas de vider son eau avant qu'un autre, plus grand, ne déverse son lot de gravats sur les planches, emplissant l'espace d'une poussière blanche.

Poussière de mémoire: les mots de Pierre Mifsud se réfèrent à un ailleurs, celui de l'imaginaire. Pour ces «Arbres sous-marins», joué au Théâtre de l'Usine, à Genève, le comédien, qui signe également la mise en scène, a passé commande du texte à Célia Houdart.

La pièce se résume à un soliloque où le personnage, aux prises avec ses pensées embrouillées, tente un dialogue avec des êtres qu'ils côtoient dans sa tête.

Défilent un voisin agaçant, un ami attachant, la figure du Christ et Rose, une femme qui lui plaît. Délire? Non, plutôt lutte pour cerner une vérité toujours impalpable.

Le spectacle s'attache à tricoter les vacuités du langage et l'hostilité des objets qu'utilise l'acteur. Le tuyau lui pisse dessus et sa veste refuse de rester suspendue.

Des astuces habituelles, il est vrai, mais efficaces car ils font du personnage de Mifsud un homme à la fois victime et teigne. L'acteur s'est souvent distingué dans des rôles comiques. Ici, il ne déroge pas à la règle.

Ghania Adamo

«Les arbres sous-marins». Genève, Théâtre de l'Usine; jusqu'au 13 mai. Tél. 022/328 08 18.

×