Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Politique de milice Brainstorming national pour recruter des jeunes au niveau communal

dei giovani in un parlamento

Des jeunes invités au Conseil national à Berne en 2012. Au niveau des communes, elles et ils sont les grands absents de la politique de milice.

(Keystone/Peter Klaunzer)

La plupart des communes suisses sont confrontées à une pénurie de jeunes dirigeants. L’Association des communes suisses (ACS) lance un vaste débat public, avec des dizaines de propositions pour redynamiser le système suisse de politique de milice.

En Suisse, 81% des communes ont un exécutif composé de bénévoles, 17% ont des édiles rémunérés à temps partiel et dans 2% des cas seulement, elles ont des salariés à plein temps, selon les données de l’ACSLien externe. Au total, les 2212 communes du pays ont ensemble environ 15'000 conseillers municipaux, principalement non rémunérés.

Mais depuis quelques années, le système politique de miliceLien externe - où les élus exercent leur mandat comme une activité accessoire bénévole - montre ses limites. Le suivi 2017 des communes suisses a révélé que la moitié avaient des difficultés à recruter des candidats pour les exécutifs. L’ACS a donc déclaré 2019 Année du travail de miliceLien externe.

Dans ce cadre s’inscrivent un projet scientifique et un concours d’idées, ouvert dès aujourd’hui sur internet. Tous deux ciblent les jeunes, pour apporter de l’oxygène aux exécutifs communaux en difficulté.

La jeunesse, un potentiel ignoré

De l’enquête menée par la HTW auprès de 602 communes, il est ressorti que plus d’un tiers avaient des «difficultés importantes» à pourvoir les sièges à l’exécutif. Et une proportion nettement supérieure - 70% - a affirmé en plus avoir des difficultés à attirer les jeunes vers la politique communale, surtout dans les exécutifs.

Le groupe des moins de 35 ans est nettement sous-représenté dans les communes: on estime que pour l’ensemble de la Suisse, ses membres seraient environ 760 en tout à siéger dans un exécutif municipal, ce qui représente un édile sur 20, ou à peine un pour mille des quelques 832'000 citoyens âgés de 25 à 35 ans.

Toutefois, le sondage représentatif mené par la HTW a montré que 20% des jeunes adultes seraient prêts à accepter un mandat municipal. Ce qui représente un potentiel supérieur aux attentes, soulignent les chercheurs. Mais 90% des moins de 35 ans n’ont jamais été sollicités pour se porter candidats.

Fin de l'infobox

Vaste éventail de mesures

Le groupe des moins de 35 ans offre en effet un important potentiel de recrutement encore négligé, comme l’a mis en évidence une étude de la Haute Ecole pour la technique et l’économie (HTW) de Coire.

Les auteurs ont donc mené un projet de recherche appliquée pour faciliter et intensifier la promotion des jeunes adultes dans les exécutifs communaux. Baptisé PROMO 35Lien externe, il a conduit à la création d’une boîte à outilsLien externe en ligne, dans laquelle chacun peut se servir.

On y trouvera 84 mesures concrètes, réparties en 18 domaines d’intervention. Les modules de vérification permettent aux autorités d’identifier les mesures adaptées à leur propre commune. Une section du site web indique en outre la voie à suivre pour les jeunes citoyens qui désirent faire quelque chose dans leur propre commune, mais qui ne savent pas comment s’y prendre.

Un point important est l’interactivité. Le site n’est pas conçu comme un catalogue définitif de mesures, mais bien plus comme un outil à développer et à perfectionner continuellement, par l’échange fructueux d’idées et d’expériences.

Paroles aux jeunes

Pour le concours d’idéesLien externe, intitulé «Système de milice 2030 durable», la parole est par contre donnée exclusivement aux jeunes. On y trouve des innovations typiques de leur génération, comme la formation d’influenceurs pour sensibiliser leurs pairs à la politique locale (et peut-être même à la cantonale et à la nationale) via les réseaux de communication qu’ils utilisent quotidiennement.

La sévérité de certaines suggestions, comme celle d’imposer des lignes de conduite fondées sur l’estime, le respect et la transparence, peut peut-être surprendre. Cette rigueur montre le sérieux avec lequel les jeunes considèrent ces mandats.

Un jury sélectionnera dix propositions pour les présenter le 26 février à Zurich, à l’occasion d’un événementLien externe ouvert au public. Et ce sera à lui de voter pour désigner les trois idées gagnantes.

 

swissinfo.ch est partenaire de l’Année du travail de milice et publiera régulièrement des articles sur le thème.




(Traduction de l’italien: Marc-André Miserez)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Comment votent les Suisses de l'étranger?

Comment votent les Suisses de l'étranger? Participez â l'enquête de la SSR !

Comment votent les Suisses de l'étranger? Participez â l'enquête de la SSR !

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.