Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Rollercone, quand techno rime avec soul

Un électronico-noctambule au soleil d’Ouchy.

(swissinfo.ch)

Rollercone - pseudonyme du DJ romand Patrick Duvoisin, aujourd'hui installé à Londres - sort un nouvel album. Des loops, des samplers, mais aussi des «vrais» instruments et des voix... chaudes.

Il y a l'aspect mécanique de la programmation, tapis permanent de boîtes à rythme et de synthés-samplers en tous genres: la passion de Patrick Duvoisin, pourtant venu à la musique par le biais de la guitare. Mais il y a également la présence d'un pianiste (le Parisien jazzy Olivier Portal), de percussions (Doume, d'Ecublens), et de voix (principalement Jacob Eggay, de Londres, mais aussi Marie Béatrice Rosset, Yvonne John Lewis ou Francesca Reyes Cortoreal).

Une diversité géographique et musicale qui donne une idée de la démarche artistique de «Rollercone». A l'heure où chaque variation rythmique, où chaque ambiance donne lieu à un nouveau «genre» et donc à une nouvelle chapelle, Patrick Duvoisin se moque éperdument des catégories: «C'est un peu house, un peu lounge, un peu trip-hop, cela dépend des morceaux. Je mélange les styles. En fait, pour les spécialistes, je saute du coq à l'âne!»

Si l'on ajoute aux catégories technoïsantes sus-citées des indéniables climats jazzy, funky («Quietstorm») et soul (le titre en français «J'avance»), on réalise que l'univers musical de Duvoisin est beaucoup plus vaste que les deux lettres DJ ne pourraient le laisser supposer.

Pourtant, obsédantes et parfois linéaires, les «loops» restent de mise. Mais pourquoi les musiques électroniques jouent-elles à ce point-là de la répétitivité, alors que la programmation permet également toutes les folies rythmiques imaginables? «C'est tout de même l'un des éléments fondateurs de cette musique, répond Patrick Duvoisin, «un élément qui tourne en boucle, et qu'on utilise comme base pour amener des éléments par-dessus.»

Et d'ajouter: «Mais il y a par exemple des morceaux de Ray Charles qui sont aussi construits de façon très simple. L'intérêt n'est pas dans la complexité de la composition, du rythme ou des harmonies, c'est plutôt dans l'émotion qui traverse le morceau. Je ne suis pas un adepte de la complexité d'une composition... Je suis plus intéressé par ce qui me touche, et me donne la chair de poule.»

Côté scènes, Patrick Duvoisin alterne les prestations de DJ en solitaire, dans toute l'Europe, et une formule où ses compagnons musiciens l'entourent. Ce sera le cas le 13 juillet au Montreux Jazz Cafe, dans le cadre du Festival.

Bernard Léchot


Liens

×