Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Soutien parlementaire à swissinfo

22 mars: douché par la nouvelle, le personnel de swissinfo proteste contre la décision de la SSR.

(Keystone Archive)

La Commission de politique extérieure de la Chambre basse ne veut pas du démantèlement de swissinfo tel que prévu par les instances de SSR idée suisse.

A une nette majorité, les députés estiment que l’information de l’étranger doit rester une tâche prioritaire du diffuseur national.

Le 22 mars, le Conseil d’administration de SRG SSR idée suisse a décidé de redimensionner drastiquement swissinfo, la plateforme internet en neuf langues qui contribue non seulement à l’information des Suisses de l’étranger, mais également à la présence de la Suisse dans le monde.

Une décision qui ne plaît pas à la Commission de politique extérieure du Conseil national (Chambre basse du parlement). Réunie ce mardi 5 avril, en présence des ministres Micheline Calmy-Rey (Affaires étrangères) et Joseph Deiss (Economie), elle a tenu à affirmer son désaccord.

Pour la Commission, le projet de la SSR aurait pour conséquence de priver les 620'000 membres de la 5e Suisse et le public étranger qui s’intéresse à notre pays d’une source d’information conçue spécialement à leur intention.

80 postes de travail menacés

Le plan de la SSR prévoit de réduire swissinfo à une rédaction en langue anglaise de sept personnes (contre 13 actuellement) et à ne garder qu’une capacité journalistique dans chacune des trois langues nationales.

Les services en langues étrangères (espagnol, portugais, arabe, chinois et japonais) disparaîtraient complètement et l’opération se solderait par la perte d’environ 80 postes de travail.

Le directeur général de la SSR Armin Walpen et le président du Conseil d’administration Bernard Münch justifient cette décision notamment par la perte d’une subvention annuelle de 15 millions de francs que la Confédération versait à swissinfo depuis l’époque où elle était encore Radio Suisse Internationale.

Décision politique

La Commission de politique extérieure ne veut toutefois pas prendre position sur l’aspect financier de cette affaire. Par 16 voix contre 7, elle a simplement décidé d’affirmer que le mandat rempli par l’actuelle swissinfo devait rester une tâche prioritaire de SRG SSR idée suisse.

Ce vote survient au moment où la nouvelle loi sur la radio-télévision s’apprête à revenir devant le Conseil national. A la session de juin, la Chambre basse doit empoigner les divergences qui sont apparues lors de l’examen du texte par le Conseil des Etats (Chambre haute).

A noter que la Commission des transports et télécommunications du Conseil national va également s’emparer du cas swissinfo. Lors de sa prochaine réunion, prévue le 3 mai, elle devrait procéder à des auditions des responsables de la SSR et des organisations des Suisses de l’étranger afin d’obtenir plus d’informations.

Au sein de cette Commission, le Parti socialiste a d’ores et déjà affirmé qu’il défendrait le maintien de swissinfo et qu’il demanderait aux autorités politiques qui doivent ratifier la décision de la SSR de ne rien décider avant la mise sous toit définitive de la nouvelle loi radio-TV.

swissinfo, Marc-André Miserez

Faits

En 2004, swissinfo a déjà perdu 25 postes de travail.
Le nouveau plan de restructuration voulu par la SSR prévoit la suppression de quelque 80 postes supplémentaires d’ici fin 2006.
Ne subsisterait alors de swissinfo qu’une rédaction anglophone de 7 personnes et un journaliste pour chacune des trois grandes langues nationales.
Ce plan doit encore recevoir l’aval des autorités politiques.
Dans l’attente de ces décisions, les instances de la SSR ont été incapables de dire au personnel de swissinfo qui serait licencié et quand.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.