Une annus horribilis pour l'équipe Phonak

Souvenir... Tyler Hamilton et l'équipe Phonak lors de la présentation de celle-ci, en janvier dernier. Keystone

Cette saison devait être celle de tous les succès pour l’unique équipe cycliste professionnelle suisse. Mais tel n’a pas été le cas.

Ce contenu a été publié le 20 décembre 2004 - 15:05

Inexistante sur le Tour de France, secouée par des affaires de dopage, elle a même été écartée du circuit professionnel 2005.

A l’heure du bilan strictement comptable, il est possible de retenir la victoire de Phonak au Tour de Romandie, sa belle présence à la Vuelta espagnole et le titre olympique de son ex-coureur américain Tyler Hamilton.

Les chiffres l’attestent: depuis son appartenance au peloton professionnel (2000) Phonak Hearing System, implanté à Stäfa, n’avait jamais fait aussi bien.

Tout aurait pu donc aller pour le mieux dans le meilleur des mondes si ce bilan n’avait pas été assombri par les révélations des cas de dopage de plusieurs coureurs de la formation helvétique et son éviction du ProTour l’an prochain.

Camenzind, Perez et Hamilton

La descente aux enfers de Phonak a commencé avec le coureur suisse Oscar Camenzind. Révélé positif à l’EPO; l’ancien champion du monde sur route (1998) a déclaré s’être dopé seul, dédouanant au passage ses dirigeants. Le schwytzois décidait même de mettre immédiatement un terme à sa carrière.

Mais la situation s’est compliquée avec la star américaine Tyler Hamilton et l’Espagnol Santiago Perez qui ont été convaincus de dopage par transfusion sanguine par l’Union cycliste internationale (UCI).

Les deux cyclistes ont longtemps clamé leur innocence. Tyler Hamilton a même pu conserver son titre olympique suite à un vice de procédure. Finalement, après plusieurs semaines de soutien inconditionnel de la part des dirigeants de Phonak, ils ont été officiellement renvoyés (le contrat de Perez n’a pas été renouvelé).

Dans l’intervalle, ces derniers se sont même tenté un coup de force contre l’UCI et l’Agence mondiale antidopage (AMA) en mettant en doute la manière dont les contrôles ont été effectués. Un saut de chaîne dont ils ne se sont pas relevés…

Ecartés du ProTour

Le 30 novembre lorsque l’Union cycliste internationale s’est prononcée sur le nom des 19 équipes qui prendraient part aux différentes courses (278 épreuves) du futur circuit cycliste professionnel international, ProTour 2005, elle a écarté du revers de la main l’équipe suisse.

Une catastrophe pour Phonak puisque les organisateurs des trois grands tours (Giro, France, Vuelta) ont décidé d’intégrer leurs épreuves à ce circuit de l’UCI.

Certes, une once d’espoir subsiste de jouer, en certaines occasions, dans la cour des grands en 2005: de cas en cas, une wild-card (invitation) pourrait en effet être octroyée à l’équipe cycliste suisse. Notamment pour les tours de Romandie, de Suisse et le Championnat de Zurich.

Quel futur?

Quel futur alors pour Phonak? Engagés pour renforcer l’effectif, en vue de jouer un rôle dans les classiques – un des points faibles de la saison – différents coureurs comme Floyd Landis, Victor Hugo Pena, Santiago Botero, Robert Hunter et Miguel Perdiguero ont décidé, coûte que coûte, de porter le maillot vert et blanc frappé d’une grande oreille.

En fait, aucun coureur engagé pour la saison 2005 n’a décidé de résilier son contrat avec la formation helvétique. Celle-ci devrait même disputer sa première course au Quatar à la fin du mois de janvier 2005.

Enfin, il faut encore souligner la retraite d’Alex Zülle, sorti discrètement du peloton au soir du GP d’Argovie. Le Saint-Gallois de Wil (36 ans depuis le 5 juillet) était arrivé chez Phonak au cours de la saison 2003.

swissinfo, Pierre-Henri Bonvin

En bref

- Bilan sportif 2004 de Phonak: 53 podiums (22 fois la première marche, 20 fois la deuxième, 13 fois sur la troisième).

- Plusieurs coureurs suisses se sont illustrés: Alexandre Moos (3 succès), Grégory Rast et Niki Aebersold (2 succès) et Martin Elmiger (une victoire).

- Au classement UCI par équipes remporté par T-Mobile Team, Phonak pointe en 8e position (17e la saison passée).

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article