Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Zep sur tous les fronts

Zep et Titeuf, en relief, sur la luxueuse couverture du ‘Monde de Zep’.

(swissinfo.ch)

Zep est partout! Affiche du festival jazz de Montreux, prochaine présidence de celui - BD - d’Angoulême, publication du ‘Monde de Zep’…

Un vaste ouvrage, à la fois chic et drôle, qui retrace le parcours de l’artiste genevois dans la BD, et, plus généralement, dans le dessin.

L’été dernier, le très large public de Zep a pu se plonger dans le 10e tome des aventures de Titeuf – tiré à 2 millions d’exemplaires. Puis, en automne, les aficionados ont découvert l’élégante plaquette «Portraits de Titeuf», où la crème du 9e Art rendait hommage au gamin à la mèche blonde.

Ils ont pu découvrir aussi, dans la foulée, un Titeuf en cire au Musée Grévin, à Paris. Cela alors même que son géniteur entrait, en toute modestie, dans la nouvelle édition du Petit Larousse.

Avec l’hiver, voici maintenant «Le monde de Zep»… Un gros ouvrage à la qualité d’impression parfaite et à la couverture en plastique rigolo. Luxe et fun, en deux mots.

Bienvenue dans le monde de l’artiste genevois Philippe Chappuis, devenu «Zep» par amour du rock n’roll et par passion du dessin – ou l’inverse.

Dessinateur compulsif

«Le monde de Zep», c’est l’occasion de survoler plus de 10 ans de ‘titeuferies’. Des planches célèbres, mais aussi des instants de création auxquels le public n’a, d’habitude, pas accès. Ainsi par exemple une dizaine de recherches qui ont mené à la couverture du 1er album de Titeuf, «Dieu, le sexe et les bretelles».

L’occasion aussi de constater à quel point la musique fait partie intégrante de l’univers de Zep. Tour un chapitre lui est consacré et, certains portraits de Dylan révèlent et le fan, et le portraitiste qu’est Zep.

Loin de la ligne claire et des personnages BD, ce que retiendra peut-être surtout le lecteur non averti, ce sont les carnets de croquis de Zep. Une double page de visages esquissés, un jour d’octobre 2003 sur la Place St-Marc à Venise. Une tour de Katmandu, dessinée le 16 novembre 1995. Ou cette rue québécoise enneigée, en janvier 2000.

Elégance et fluidité d’un style qu’on avait déjà pu entrevoir dans le livret du CD «Chansons pour les pieds», de Jean-Jacques Goldman. Beauté de croquis que Zep, ou en l’occurrence plutôt Philippe Chappuis, accumule dans ces carnets qui ne le quittent pas.

«Je dessine compulsivement. Je dessine tout ce qui me passe sous les yeux. Pour me donner une contenance, pour comprendre le monde, pour ne pas manger de chocolat. Je dessine comme d’autres fument des cigarettes ou se rongent les ongles… J’aime dessiner», peut-on lire dans «Le monde de Zep».

Et plus loin: «En voyage, pour m’approprier les lieux, je dessine les petits détails du décor. Je sais exactement comment sont faits les réverbères de Barcelone, les grilles d’égouts londoniennes, les cailloux des rivières du Val d’Aoste, les plaques de verglas québécoises et les boulons de la Tour Eiffel. Ça me permet de me sentir partout chez moi».

Le dessin, une démarche plus profonde, plus existentielle qu’on pourrait le penser.

Swinging Zep!

Non content de débouler dans les librairies désormais tous les trois mois, c’est aussi sur les murs de nos cités que le dessinateur va bientôt se déployer. Car il est l’auteur de l’affiche du 39e Jazz Festival de Montreux, qui se tiendra du 1er au 16 juillet 2005.

Une souris, baptisée ‘Miles Mouse’, se penche sur les eaux du Léman, trompette à la bouche. Au fond du lac, ça balance chez les sirènes, lèvres pulpeuses et poitrines allègres!

Une participation à l’événement montreusien qui ne peut que réjouir le dessinateur, passionné de musique, qui, alors qu’il avait 15 ans, en écoutant de l’extérieur le concert que le bluesman Rory Gallagher donnait à Montreux, avait rêvé de réaliser l’affiche du festival pour gagner quelques billets d’entrée…

Concerts de dessins

Et puis, le 2 décembre, Zep sera à l’Olympia, à Paris. Non pas avec son groupe rock, Zep n’Greg, mais pour y participer à la conférence de presse donnée par les organisateurs du Festival de bande dessinée d’Angoulême, en France.

Car, faut-il le rappeler, en tant que lauréat du Grand prix 2004, Zep sera le président de l’édition 2005, qui se tient du 27 au 30 janvier. Une présidence qui n’est pas que symbolique: c’est lui qui apporte sa patte au millésime en question, notamment en proposant certaines expositions.

Ainsi, un accrochage consacré à Picsou – créé par Carl Barks, l’une des idoles de Zep – est déjà programmé. Et des «concerts de dessins» auront lieu: la création en direct, sur une scène dominée par des écrans géants, d’une bande dessinée exécutée par une dizaine de dessinateurs… Zep, mais aussi Moebius, Johan De Moor ou Nicolas de Crécy seront de la partie.

«Généralement, lorsqu’un ouvrage qui porte le titre ‘le monde de…’ paraît sur vous, c’est que vous êtes mort», écrit Zep en ouverture de sa dernière parution. Le mort, en l’occurrence, affiche des signes troublants d’hyperactivité.

swissinfo, Bernard Léchot

Faits

«Le monde de Zep» est publié aux Editions Glénat, hors collection.
Vaste ouvrage de 30,5 x 27,5 cm, avec une couverture en plastique… et en relief!
Très richement illustré, ce livre retrace le parcours de Zep dans la BD, mais aussi à travers des affiches, des illustrations, des croquis de voyage…

Fin de l'infobox

En bref

- Né le 15 décembre 1967 à Genève, Zep, alias Philippe Chappuis, réalise sa première histoire à 8 ans.

- En 1993, le premier album de Titeuf, «Dieu, le sexe et les bretelles», est tiré à 7000 exemplaires.

- En 2004, le 10e tome, paru à fin août, «Nadia se marie», est tiré à 2 millions d’exemplaires!

- Les aventures de Titeuf sont traduites en quinze langues, dont le chinois, le coréen, le grec et le norvégien.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Instagram FR

Rejoins-nous sur Instagram

Rejoins-nous sur Instagram

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.