Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Au Maroc, les failles d'un double langage

La politique, affaire de l'élite, non de la Cité...

(swissinfo.ch)

Le magazine marocain TelQuel consacrait en 2006 un dossier à la question: «Pourquoi les francophones contrôlent le Maroc». Cet article en est extrait, qui constate qu’entre une arabisation de façade et un renforcement de la technocratie francophone dans les lieux de prise de décision, l'Etat favorise l'élitisme.

L’Etat marocain ne met pas tous ses œufs dans le même panier. «Il arabise de force, dès 1965, la justice, la police et la gendarmerie, pour se targuer d'avoir un champ de souveraineté», explique l'avocat Abderrahim Jamaï. Il arabise la correspondance officielle et les lois pour se conformer à sa constitution. Par ailleurs, il maintient les secteurs étatiques, producteurs de richesses et nécessitant un savoir technique, entre les mains de l'élite éduquée dans la langue de Molière.

C'est le cas même de l'agriculture, où les ingénieurs sont formés aujourd'hui encore en français. C'est toujours le cas de la finance, où le ministère de tutelle et des entreprises publiques, comme la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) et Bank Al Maghrib, recrutent depuis peu des analystes, ingénieurs et managers, francophones de préférence, avec (parfois) des contrats mirobolants. Et c'est de plus en plus vrai dans les offices qui revoient leurs statuts afin de se débarrasser des grilles de salaires misérables que leur impose l'administration.

Objectif : renouveler leurs élites dirigeantes. «Ici et là, l'Etat cherche à recruter des profils de technocrates parlant souvent le français exclusivement et leur demande de se mettre à l'arabe, pour être socialement efficaces», explique Abdelilah Jennane, expert en ressources humaines. En fait, l'arabe continue d'avoir un rôle de «fausse langue officielle», comme le dit si bien la sociolinguiste Amina Benzakour. A la mosquée, au tribunal, au parlement, dans les discours télévisés, là où l'élite dirigeante est face au peuple, la langue de nos ancêtres est de rigueur. Or, le pouvoir est ailleurs.

Partage des tâches

«Au sein du Palais, explique un connaisseur des rouages du Makhzen (l'État marocain et les institutions régaliennes marocaines, ndlr), il y a toujours eu un partage savant des tâches. Vous retrouvez d'un côté l'arabophone de service, qui écrit les discours et qui maîtrise le droit. Vous retrouvez des francophones ouverts et rationnels, mais en règle générale, le roi aime être entouré par de parfaits bilingues ouverts sur tous les registres».

Au sein du gouvernement et au parlement, instances officielles et exposées au public, la langue arabe est naturellement usitée. Mais «dès qu'il s'agit d'un exposé technique au sein du conseil de gouvernement, il est possible de changer pour le français, loin des caméras», confie un ministre en exercice.

Au-delà de ces espaces convenus et codés, la vraie politique au Maroc ne se fait pas à l'adresse du peuple, mais entre membres de l'élite, en français. L'exemple le plus patent est celui du G14, ce think tank créé en 1996 par Hassan II, pour élaborer une réflexion sur la bonne marche des affaires au Maroc. Neuf de ses 14 membres super-diplômés sont issus de grandes écoles françaises, quand ils ne sont pas des fils de la mission.

Les plus francophones d'entre eux ont certes fait un effort immense pour maîtriser un arabe compréhensible. Aujourd'hui tous sont aux commandes, leur capacité d'adaptation est épiée. Mais, comme le confie un proche collaborateur d'un de ces ténors, «ils apprennent l'arabe pour au moins partager avec le peuple sa langue, faute de pouvoir partager avec lui autre chose (le pouvoir et les richesses)».

Affaire de l’élite

La tentation des technocrates de se muer en politiques est de plus en plus grande. A travers le Collectif démocratie et modernité, et moins prosaïquement, le mouvement Daba 2007, le publicitaire Noureddine Ayouch, proche du Palais, draine des francophones, dirigeants d'entreprise, vers la scène pré-électorale, voire mieux si affinités.

Sceptique, son homonyme de gauche Mohsine Ayouch, dit (avec une touche d'ironie) qu'il «ne suffit pas de parler l'arabe en français pour faire de la politique». Le problème, selon lui, est que «ces gens ne conçoivent pas la politique comme une affaire de la cité (polis) mais comme une affaire de l'élite. D'ailleurs, ‘Siyassa’ (‘politique’ en arabe) veut dire ‘diriger le troupeau’».

Nos francophones feraient-ils la politique avec une arrière-pensée arabe? Ne généralisons rien. Mais comme le dit l'historien Abdellah Laroui, dans La Crise des intellectuels arabes, «notre élite technocratique est coupée de la population au service de l'Etat». Et c'est loin d'avoir changé.

Les langues du Maroc

Terre berbère. Le Maroc est une terre de Berbères, partiellement arabisée il y a 13 siècles.

L’arabe est la seule langue officielle et la langue maternelle de près des deux tiers de la population. C'est aussi la langue de la religion dominante, l'islam. Il faut cependant distinguer l'arabe officiel, celui de l'administration et l'arabe dialectal (la véritable langue maternelle: la darija) que parlent tous les Marocains.

L’amazighe (langue berbère) est parlée par environ 40% de la population. Comme l’arabe, elle est divisée en plusieurs dialectes. L'amazighe n'est pas reconnu comme langue officielle, mais en 2001, le roi Mohammed VI a créé l’Institut royal de la culture amazighe.

Le français est parlé, à des degrés divers, par une bonne partie de la population, principalement dans les villes et dans les milieux instruits. La majeure partie de la presse marocaine est publiée en français, ainsi qu’un tiers des livres édités au Maroc.

L'espagnol est encore un peu parlé dans ce qui fut le Maroc espagnol (le Nord) mais plutôt par des gens âgés.

L'anglais s’est imposé comme langue étrangère. Au Maroc, il ne menace pas pour autant le français.

Eléments principalement tirés du site Bibliomonde

Fin de l'infobox

OIF & Montreux

Montreux. La Suisse, membre de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) depuis 1989, accueille cette année le 13e sommet de la Francophonie. Il se tiendra du 20 au 24 octobre 2010 à Montreux, dans le canton de Vaud.

Chiffres. Aujourd’hui, l’OIF regroupe 70 États et gouvernements (dont 14 observateurs) répartis sur les cinq continents OIF.

Maroc. Le Maroc est membre de l’OIF.

Fin de l'infobox

TelQuel 2006


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.