Navigation

Sauter la navigation

Sous sites

Fonctionnalités principales

Documentaire Jean-Stéphane Bron dans les coulisses de «L'Opéra de Paris»

Après le monde politique, Jean-Stéphane Bron se plonge dans l'art lyrique.

Après le monde politique, Jean-Stéphane Bron se plonge dans l'art lyrique.

(filmsdusolange.fr)

«LʹOpéra de Paris», le nouveau documentaire du Suisse Jean-Stéphane Bron, sort mercredi en salles. Après «L'Expérience Blocher», le réalisateur vaudois s'est plongé dans les coulisses de cette institution. La presse française applaudit.

Durant un an et demi, le documentariste suisse Jean-Stéphane Bron a suivi en coulisses la vie de l'Opéra de Paris, afin d'en faire découvrir le quotidien aux profanes. Les critiques françaises applaudissent.

«Jean-Stéphane Bron filme l'Opéra de Paris à hauteur de vue des personnages qu'il suit. En profane. De la plus haute sphère à sa base. Chacun y est traité sur un pied d'égalité. Le patron des lieux comme l'assistante de la diva Olga Peretyatko. Les blanchisseuses comme les dieux du stade lyrique que sont Jonas Kaufmann ou Bryn Terfel», commente Le FigaroLien externe, visiblement séduit.

TéléramaLien externe n’est pas en reste: «Même dans les coulisses, on est encore sur une scène, où se joue une intense comédie humaine, très expressive, joyeuse le plus souvent, grimaçante parfois.»

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

«Chaque plan n’est que finesse, émotion, décalage avec un Jean-Stéphane Bron équilibriste, au documentaire jamais à charge ni dupe. Il sourit des excentricités d’une mise en scène (un casting de taureaux), s’invite dans les moments de crise, assiste à une réunion budgétaire – soulignant les difficultés de l’institution pour se rendre accessible», s’enthousiasme La CroixLien externe.

Quant à LibérationLien externe, il relève: «Tout y passe, sans souci d’explication, la chronologie se suffisant à elle-même. Le spectateur découvre en écho ce qu’il a vu ou entendu à l’époque dans la presse ou sur scène: le fameux taureau de Castellucci (qui ne sera finalement pas Fiasco mais Easy Rider), la démission de Millepied. Mais aussi des éléments de l’actualité nationale qui rejaillissent sur le fonctionnement de l’Opéra: les attentats du 13 novembre, les grèves contre la loi El Khomri.»

Mais écoutons plutôt Jean-Stéphane Bron répondre aux questions de la RTSLien externe.

(2)

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les films de Bron

L'expérience Blocher, 2013

Cleveland contre Wall Street, 2010

Traders, 2009

Mon frère se marie, 2006

Mais im Bundeshuus, 2003

swissinfo.ch/fb avec la RTS

×