Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Multinationales responsables Un coup de pouce des Paradise Papers?

Obliger les multinationales à respecter partout les droits de l’homme et l’environnement. Les Suisses voteront sur le sujet. Et la nouvelle salve de révélations des Paradise Papers devrait les y rendre encore plus sensibles.

Enfants dans une plantation de café

Ce que l'initiative veut notamment empêcher: des enfants qui travaillent, que ce soit dans une usine en Asie, dans une plantation de cacao en Afrique ou à la récolte du café en Amérique latine.

(Keystoen/EPA/John Jairo Bonilla)

Le Gouvernement n’en voulait pas, la commission des affaires juridiques de la Chambre haute en veut un. Si son homologue de la Chambre basse dit la même chose, le Parlement sera chargé d’élaborer un contre-projet à l’initiative populaire pour des multinationales responsablesLien externe.

A priori, cela signifie que les sénateurs accordent plus de poids que les ministres aux préoccupations exprimées par les initiants et entendent en sauver au moins certaines en cas de défaite de l’initiative et de victoire du contre-projet.

Déposé le 10 octobre 2016 avec plus de 120'000 signatures valables, ce texte entend imposer aux géants domiciliés en Suisse des règles contraignantes pour qu’ils respectent les droits de l’homme et l’environnement, également dans leurs activités à l’étranger.

77% seraient pour

Coordinatrice de l’initiative pour la Suisse romande, Béatrix Niser applaudit à la décision de la commission sénatoriale, qui tombe quelques jours après les premières salves de révélations des Paradise Papers. Elle ne voit pas pour autant de lien direct entre les deux: «C’est une préoccupation très forte dans la population. La semaine dernière, nous avons dévoilé les résultats d’un sondage effectué avant les Paradise Papers. Il montre que 77% des Suisses, et même 91% des Romands seraient prêt à voter pour notre initiative».

Un score qui serait évidemment sans appel si la votation avait lieu demain, mais on en est encore loin. L’expérience montre que le soutien aux grandes idées s’essouffle au fil des différentes étapes de la procédure: examen par les deux Chambres, recommandations de vote, campagne…

Il n’empêche: les Paradise Papers et leurs révélations, qui jettent une lumière crue sur les pratiques de la finance et du grand capital globalisé ne peuvent qu’apporter de l’eau au moulin de ceux qui luttent pour moraliser tout cela.

Beatrix Niser confirme: «Actuellement, nous croulons sous les demandes de volontaires qui veulent s’engager. Les gens viennent volontiers, parce que nous ne sommes pas un parti, nous sommes une très large coalitionLien externe de 85 organisations, qui regroupent ensemble près d’un million de membres».

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×