Navigation

«Les banques suisses ont les mains sales»

A chaque heure qui passe, on rase l’équivalent de 300 terrains de football dans le monde pour planter les palmiers à huile. Les églises suisses s’en prennent à ceux qui financent cette culture aux pratiques controversées, notamment en Indonésie et en Malaisie. Parmi elles, les banques helvétiques, qui financent les multinationales actives dans ce juteux business.

Ce contenu a été publié le 07 mars 2017 - 08:38
swissinfo.ch avec la RTS (Téléjournal du 6 mars 2017)
Contenu externe



Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article