Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Festival de Cannes La Palme d'Or, un bijou raffiné créé en Suisse

Dans un atelier de Genève, huit artisans travaillent pour transformer un très gros bloc de cristal et de l'or d'origine éthique en l'un des prix cinématographiques les plus recherchés au monde. 

La Palme d'Or, une branche de palmier dorée sur une base de cristal, est le premier prix du Festival de Cannes, qui s'achève le 19 mai. Elle est fabriqué par le joaillier suisse Chopard depuis 21 ans. 

Une Palme de cire bleue est formée, puis placée dans le plâtre. Ce dernier est ensuite chauffé dans un four pendant une nuit. La cire fond, et on obtient un moule à plâtre creux. 

L'édition 2018 est faite de 118 grammes d'or jaune 18 carats. Le métal fondu est versé dans le moule, qui est ensuite plongé dans de l'eau froide pour briser le plâtre et former une Palme d'or. 

Un ponçage, un nettoyage et un polissage minutieux ont lieu avant que la Palme ne soit installée sur la base de cristal créée par les tailleurs de pierre. Deux trophées sont fabriqués, au cas où il y aurait deux grands gagnants. Cinq plus petites ont également été commandées cette année pour d'autres catégories. 

Côté cinéma suisse 

La participation helvétique à Cannes ne se limite pas à la fabrication du prestigieux prix. Le cinéaste suisse Jean-Luc Godard entre en course pour la France avec son film expérimental «Le Livre d'image» pour la Palme d'Or. La Suisse aura aussi un demi-pied dans la compétition-phare: «Lazzaro Felice» de l'Italienne Alice Rohrwacher a en effet été en partie coproduit par la chaîne de télévision tessinoise RSI.

Le documentaire d'animation suisse «Chris the Swiss» d'Anja Kofmel (coproduction SRF), qui était en compétition aux Journées de Soleure, sera, lui, projeté pendant la Semaine de la critique. De même que «Schächer» de Flurin Giger. La réalisatrice suisse Ursula Meier participera également à la cérémonie de remise des prix: elle est présidente du jury «Caméra d'Or» pour les jeunes talents. 

Outre le film de Godard, la Radio Télévision Suisse (RTS) figure aussi en coproduction du film «Un couteau dans le cœur» de Yann Gonzalez, avec Vanessa Paradis.