Le gel fait flamber le prix des légumes

Le prix des carottes a augmenté de 50%. Keystone Archive

2001 n'a pas épargné les producteurs. Leurs cultures ont souffert des pluies et du froid. Les consommateurs n'en sortent pas indemnes.

Ce contenu a été publié le 11 janvier 2002 - 21:49

Les salades quatre fois plus chères. Le prix des poireaux qui doublent. Celui des carottes augmenté de 50%.

Depuis la mi-décembre, le prix des légumes a pris l'ascenseur. La faute au froid, qui a détruit une partie des cultures. En Europe, aussi bien qu'en Suisse.

0,5 à 1,5 degrés de moins

MeteoNews le confirme. En Suisse, les températures du mois de décembre ont été inférieures de 0,5 à 1,5 degrés par rapport à la moyenne de 1961-1990. Mais le début du mois, clément, a relevé ces moyennes.

De plus, le vent a augmenté la sensation de froid. Finalement, «le plateau n'a pas été pris sous le brouillard, souligne le météorologue Frédéric Glassey. Ce qui a encore fait baisser les températures.»

Adieu carottes, choux et poireaux

Ce froid précoce a joué un mauvais tour aux choux, poireaux et carottes. «A la mi-décembre, l'arrachage des légumes de garde n'a pas pu être réalisé totalement», souligne Yves Vulcan, directeur de l'Office maraîcher vaudois.

Autre difficulté: certains producteurs utilisent la méthode du «frigo naturel». Et laissent leurs légumes en terre pour les garder au frais. Mais cette année, les produits ont gelé jusqu'au cœur.

Les salades, produites sous des tunnels qui ne sont pas chauffés, ont également souffert. Adieu la chicorée et le pain de sucre...

Les maraîchers suisses ne sont pas les seuls à connaître ces difficultés. Le Sud de l'Europe, qui assure l'achalandage des rayons helvétiques en hiver, a également souffert des aléas climatiques.

Les prix vont rester élevés

Du coup, les légumes sont rares dans les commerces suisses. Ce d'autant plus que la pluie et la grêle ont déjà posé problème en 2001. Et les prix devraient rester élevés au moins durant les deux prochains mois encore, selon Yves Vulcan.

Les producteurs supporteront-ils ces revers? La plupart sont assurés. Et certains ont réussi à tirer leur épingle du jeu. En vendant leur production plus chère.

Mais la période des semis débutera en février. Et avec un peu de chances, elle permettra de bien débuter l'année 2002...

Caroline Zuercher

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article