Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le réseau culturel Suisse-Afrique du Sud

L'exposition «visions du paradis» dans la ville du Cap.

(Steeve Juncker)

Depuis la fin de l’apartheid, la Fondation Pro Helvetia s’engage pour intensifier les échanges culturels entre la Suisse et l’Afrique du Sud.

A cette fin, elle tient depuis six ans un petit bureau de liaison sur place.

«Les débuts sont toujours difficiles, mais aujourd’hui, on peut dire que nous y sommes», se réjouit Mirjam Asmal, qui dirige le bureau de liaison de Pro Helvetia au cœur de la ville du Cap.

Installé dans les locaux du consulat suisse, le bureau travaille étroitement avec ce dernier, mais conserve néanmoins toute son indépendance quant à ses choix de programmation.

Le but principal de cette présence en Afrique du Sud est d’encourager les échanges culturels entre personnes et institutions des deux pays.

«Au début, ça a été une entreprise difficile, parce que les artistes sud-africains n’ont souvent pas les moyens de s’offrir l’infrastructure minimale», explique Mirjam Asmal à swissinfo.

Mais dès 1999, la situation s’est améliorée. A cette date en effet, Pro Helvetia Afrique du Sud a reçu un mandat de la Direction du développement et de la coopération (DDC) pour soutenir les infrastructures culturelles locales.

«La crème de la crème»

Après six ans d’activité, Mirjam Asmal peut tirer un bilan positif de l’action de son bureau.

«Maintenant, nous sommes connus dans le pays. Chaque année, ce sont 150 à 200 artistes qui s’adressent à nous, soit pour un soutien, soit pour un échange avec la Suisse», se félicite-t-elle.

«Et il y a aussi les projets réguliers, poursuit Mirjam Asmal. On peut dire qu’un réseau de plus en plus dense est en train se tisser entre les artistes des deux pays. Un jour, il n’auront plus besoin de nous».

Reste tout de même un problème: le manque d’argent affecté aux projets culturels.

Malgré cela, la collaboration ne se limite pas aux échanges. Il y a aussi des co-productions helvético-sud-africaines, qui permettent de révéler de nouveaux talents, ici comme là bas. Pour Mirjam Asmal, ces manifestations représentent «la crème de la crème».

Un festival en Suisse…

L’année 2004 sera marquée par la célébration des 10 ans de la nouvelle Afrique du Sud. En collaboration avec l’ambassade sud-africaine à Berne, le bureau de liaison de Pro Helvetia au Cap a concocté un programme culturel.

Des artistes de là-bas se verront offrir l’occasion de venir en Suisse pour resserrer encore le dialogue entre les deux pays.

Cet automne, le Schlachthaus de Berne accueillera le festival «Art contemporain d’Afrique du Sud». «Ce sera la plus grande présentation d’artistes sud-africains jamais vue en Suisse», se réjouit Mirjam Asmal.

…et une expo en Afrique du Sud

Autre événement de cette année, «Visions of Paradise», une exposition conjointe dédiée aux arts visuels des deux pays. Pour la monter, la Zurichoise Karin Frei a reçu l’an dernier une bourse de Pro Helvetia.

«J’ai demandé à des artistes suisses et sud-africains de présenter leurs visions autour de l’idée de paradis», explique la commissaire de l’exposition.

Avec pour résultat une série d’œuvres «à la croisée de l’art, de l’architecture, du design et des réseaux sociaux. Ce sont les visions personnelles que ces artistes ont de l’avenir. Et au final, on arrive à quelques chose de très marqué socialement et politiquement», constate Karin Frei.

Durant trois mois l’année dernière, la commissaire a commencé par se faire une idée de la scène artistique locale.

«Pour moi, il était important de lancer cette exposition ici, en Afrique du Sud, explique Karin Frei. Ceci afin que les gens puissent expérimenter par eux-mêmes ce que donne la combinaison entre artistes européens et africains».

Un succès et des projets

«Visions of Paradise» a été un joli succès, tant du point de vue de la fréquentation que de celui de la critique. Elle a aussi permis de lancer la discussion sur ces différentes visions du paradis et sur les échanges culturels dans un monde globalisé.

L’exposition est maintenant prête à partir pour l’Europe. Elle sera d’abord montrée en France. Mais pour l’heure, le lieu et la date de sa venue en Suisse ne sont pas encore définitivement décidés.

Le prochain objectif de Pro Helvetia Afrique du Sud est d’étendre son action aux pays voisins. En fait, le mandat initial du bureau de liaison lui assignait comme territoire l’ensemble de la région d’Afrique australe. Mais pour ses débuts, il a dû s’en tenir à son seul pays hôte.

Parallèlement, la Direction du développement et de la coopération (DDC) a également décidé de s’intéresser à la région. Et Pro Helvetia va suivre. Dès l’année prochaine, la fondation sera également active au Mozambique, en Angola et peut-être aussi au Zimbabwe.

swissinfo, Jean-Michel Berthoud au Cap

En bref

- Le bureau de liaison de Pro Helvetia en Afrique du Sud est une des plus jeunes antennes de la fondation culturelle suisse à l’étranger.

- Il a été ouvert il y a six ans dans la ville du Cap et il est, avec celui du Caire, la deuxième structure de ce genre en Afrique.

- Pour son organisation et son fonctionnement, ce bureau a pu bénéficier de l’expérience acquise par Pro Helvetia en Europe de l’Est.

- Le bureau du Cap travaille en étroite collaboration avec le consulat suisse.

- Parallèlement à ce que prévoit la Direction du développement et de la coopération (DDC), Pro Helvetia va aussi étendre prochainement son action aux pays voisins de l’Afrique du Sud.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse