Navigation

Ignazio Cassis: «La Suisse doit savoir dans quelle direction elle veut aller dans le monde»

L’E-ID et les Suisses de l’étranger, la nouvelle stratégie pour l’Afrique et le rôle de la Suisse au Proche-Orient: le ministre suisse des Affaires étrangères Ignazio Cassis fait le point dans une interview à swissinfo.ch.

Ce contenu a été publié le 19 février 2021 - 15:35
Le ministre suisse des Affaires étrangères Ignazio Cassis lors de sa récente rencontre avec son homologue algérien. Keystone / Youcef Dehouche

swissinfo.ch: Le vote sur l’E-ID (identité électronique) sera serré. Vous nous avez invités à un entretien pour en parler. Le Conseil fédéral a-t-il besoin des Suisses de l’étranger pour obtenir un oui?

Ignazio Cassis: Oui, bien sûr, le Conseil fédéral a besoin des Suisses de l’étranger. Il a besoin d’une majorité. Que cela vienne de Suisse ou de la Cinquième Suisse n’est pas décisif. Mais les Suisses de l’étranger ont une raison supplémentaire de voter en sa faveur, car ils veulent des services consulaires de qualité et orientés clients.

Orientés clients, cela veut dire qu’ils n’aient pas besoin de se déplacer pendant deux heures pour présenter leur identité à un guichet ou remettre laborieusement leur passeport ou une copie de leur passeport par la poste. L’identité électronique serait en fait le remède miracle pour fournir cette identification facile et sûre aux services consulaires.

L’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE) recommande de voter en faveur de l’E-ID, mais plutôt à contrecœur. Son vice-président Filippo Lombardi a déclaré que l’E-ID n’avait qu’une pertinence relative pour la Cinquième Suisse. Alors, s’est-il trompé?

En tout cas, je suis d’un avis différent. On confond souvent les thèmes du vote électronique et de l’identité électronique. Ils ne sont pas directement liés. Le vote électronique est également possible sans E-ID, mais il serait beaucoup plus facile à mettre en œuvre si l’identité électronique existait déjà.

Pendant des années, la Cinquième Suisse a lutté contre une réduction du réseau consulaire suisse à l’étranger. Récemment, votre ministère des Affaires étrangères a confirmé que les petites représentations seraient à nouveau renforcées. Où cette expansion aura-t-elle lieu?

L’analyse des besoins est toujours en cours. Mais il s’agit d’une restructuration, et non d’une expansion, car les emplois sont transférés du siège au réseau de terrain. Au cours des dernières années, nous avons réduit les postes des bureaux de représentation avec du personnel transférable et les avons remplacés par des personnes recrutées localement. Pendant la crise Covid, nous avons réalisé combien il est important de disposer d’un réseau de terrain solide pour soutenir les citoyens suisses en difficulté.

Les petites représentations atteignent rapidement leurs limites dans une telle crise mondiale. Bien sûr, il est possible d’intervenir depuis Berne avec du personnel de remplacement, mais certaines représentations doivent en principe être renforcées, tant au niveau du personnel consulaire que du personnel diplomatique.

Est-ce uniquement la pandémie qui a conduit à ce tournant?

Non. La crise Covid a montré les faiblesses encore plus fortement. Mais j’avais l’impression, même avant la pandémie, que certaines représentations fonctionnaient à la limite du possible. En partie à cause de contraintes de ressources, en partie à cause d’un manque d’objectifs et de mandats clairs. Le mandat émanant de moi existait déjà avant la pandémie, car il m’a toujours semblé évident que notre activité principale n’est pas le siège à Berne, mais nos représentations à l’étranger.

En fin de compte, c’est une rupture avec la stratégie précédente, non?

Ce n’est pas à ce point tout noir ou tout blanc. Nous évaluons constamment notre réseau à l’étranger pour voir s’il répond aux défis actuels. On ferme un consulat général à un endroit et on en ouvre un autre ailleurs. Quatre fermetures peuvent être suivies de cinq ouvertures; il faut considérer cela sur une durée relativement longue. Ensuite, on voit aussi que nous avons une présence assez constante dans le monde avec 170 représentations. Mais effectivement, nous avons aussi fait des erreurs: Chicago en était une. Nous n’aurions pas dû fermer ce consulat général. J’ai inversé la tendance.

L’accès aux vaccinations est actuellement une question importante pour les Suisses de l’étranger. Nombreux sont ceux qui envisagent de se rendre en Suisse pour se faire vacciner. Apparemment, le Département des affaires étrangères (DFAE) est en pourparlers avec l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) à ce sujet. Y a-t-il une solution?

Des discussions ont eu lieu entre le DFAE et l’OFSP, mais elles portaient principalement sur les vaccinations des diplomates étrangers en Suisse, ainsi que du personnel de la Genève internationale. Pour les Suisses de l’étranger, ils doivent en principe être vaccinés dans leur pays de résidence. Cela ne les empêche toutefois pas de se rendre en Suisse pour une vaccination. Toutefois, seules les personnes assurées en Suisse bénéficient d’un accès gratuit à la vaccination.

Vous venez de rentrer d’un voyage au cours duquel vous avez visité l’Algérie, le Mali, le Sénégal et la Gambie. Y a-t-il des progrès en ce qui concerne les accords en matière de migration, notamment avec l’Algérie?

L’Algérie joue un rôle fondamental dans la migration de l’Afrique de l’Ouest vers le Nord en matière de réduction de la migration, mais aussi de protection des personnes déplacées. Le fait qu’il n’y ait pas de problèmes beaucoup plus importants sur la route migratoire de l’Afrique de l’Ouest est également dû à ce pays. Nous avons pu exprimer cette reconnaissance que l’Algérie fait du bon travail.

Le défi posé à ces pays est souvent oublié quand on parle de la migration en Suisse. Cette reconnaissance a ouvert la voie à des discussions sur la réadmission concrète, ainsi qu’à des accords bilatéraux de réadmission en général.

Contenu externe

Mais l’objectif de la Suisse est de faire en sorte que les réadmissions fonctionnent, non?

C’est une façon trop désinvolte de voir les choses, qui doit être examinée de façon plus différenciée. Des existences humaines et des sensibilités interculturelles sont en jeu. Pour des raisons de politique intérieure, l’Algérie veut par exemple éviter les images de vols de rapatriement affrétés, même si les personnes rentrent volontairement. Ces sensibilités doivent être prises en compte dans les discussions et des solutions constructives doivent être élaborées ensemble.

Quelle est la réputation de la Suisse dans les pays que vous avez visités?

Le fait que la Suisse ait sa propre stratégie concernant l’AfriqueLien externe a suscité un énorme respect dans ces quatre pays. Il faut le savoir: la Suisse dispose pour la toute première fois d’une stratégie pour l’Afrique, c’est-à-dire d’une vision dont on peut tirer des objectifs. Ces objectifs conduisent à des mesures, et les résultats de ces mesures peuvent être évalués par rapport aux objectifs.

Ça semble bien sur le papier, mais pas très concret.

Mais ça l’est. Prenons le cas du Mali, dirigé par un gouvernement de transition. La population y vit dans une grande insécurité, malgré la présence importante de forces de sécurité du monde entier. Nous avons proposé ici d’accompagner les prochaines élections au printemps. Nous pourrions également soutenir le pays dans la rédaction de sa constitution.

Ensuite, la Suisse y est active dans le domaine de la coopération au développement. J’ai visité une laiterie. À l’origine, les vaches donnaient deux à trois litres de lait par jour. Avec nos connaissances et un élevage approprié, elles donnent maintenant 7 à 8 litres. L’objectif est 20 litres par jour, soit dix fois plus pour le même effort.

Et pourquoi la Suisse attache-t-elle une telle importance au Mali?

C’est une politique étrangère proactive, qui est très importante à mes yeux. La politique internationale de la Suisse est souvent considérée comme tournée vers les opportunités et réactive: ici nous apportons notre aide; là nous proposons nos bons offices. Tout cela reste important, mais ce n’est pas suffisant. La Suisse doit savoir dans quelle direction elle veut aller dans le monde. À cette fin, nous avons élaboré des stratégies géographiques et thématiques. Mon voyage en Afrique a été le point de départ de la mise en œuvre de la stratégie pour l’Afrique subsaharienne.

En matière de migration, le Maghreb prend une importance considérable. Est-ce que cela retient votre attention?

Oui, l’importance croissante du Maghreb est la raison de mon voyage dans la région. J’étais en Égypte en 2019, mais aucun ministre suisse des Affaires étrangères ne s’était rendu en Algérie depuis 15 ans. Ni en Tunisie, au Maroc ou en Libye depuis de nombreuses années. Ces pays ont été quelque peu négligés ces dernières années, mon objectif est donc maintenant de les visiter l’un après l’autre.

Votre visite en Jordanie en 2018 est toujours un sujet de discussion en Suisse. Vous faites l’objet d’attaques politiques internes, en partie parce que vous avez critiqué l'Office des Nations unies pour l'aide aux Palestiniens (UNWRA) à l’époque. Comment voyez-vous la situation au Proche-Orient aujourd’hui?

Le fait qu’un nombre croissant de pays arabes aient normalisé leurs relations avec Israël est une évolution très importante. Cela montre que dans une région où dominent les conflits et la méfiance, la coopération et la réconciliation sont également possibles. Dans le même temps, nous devons veiller à ce que cela ne crée pas de nouveaux clivages dans la région.

Cette dynamique positive amène les Palestiniens à parler à nouveau sérieusement de réconciliation interne. L’Autorité palestinienne à Ramallah, par exemple, ne peut pas décider aujourd’hui de ce qui se passe à Gaza. Cette division affaiblit la légitimité des institutions palestiniennes. J’espère qu’ils organiseront bientôt des élections et qu’ils parleront à nouveau d’une seule voix. Alors le monde entier écoutera.

Aussi Israël?

J’ai d’abord rendu visite à mon homologue en Israël l’année dernière, puis dans les Territoires occupés. Là aussi, j’ai rencontré le Premier ministre et mon homologue. Je leur ai dit à tous les deux: «Nous devons revenir à la table des négociations, mais pas avec des résultats tout prêts en tête». J’ai également proposé Genève comme lieu de négociations futures.

La Suisse comme médiatrice dans le conflit au Proche-Orient? Cela fonctionne vraiment?

J’ai pu constater une fois de plus, au cours de cette visite, à quel point la Suisse jouit de la confiance des deux parties. Nos bons offices sont disponibles. Mais les parties doivent maintenant accepter de négocier. Cependant, avec les prochaines élections en Israël et dans les Territoires occupés, je m’attends à des retards.

Mais le cadre est donné: la Suisse est favorable à une solution à deux États.

Oui, la solution à deux États est l’objectif. Le droit international en constitue le cadre. Mais il revient aux parties de négocier la manière d’y parvenir. Avec le soutien de la Suisse et de la communauté internationale.

Avec la nouvelle administration à Washington, les cartes dans la région sont en train de se redistribuer. Joe Biden, par exemple, veut mettre rapidement fin au conflit au Yémen. Un nouveau rôle en vue pour la Suisse en tant que médiatrice?

Nous avons bien sûr déjà offert nos bons offices et nous soutenons déjà les Nations unies dans leurs efforts pour trouver une solution politique au Yémen. La décision de Joe Biden est importante. Elle a le potentiel de faire pression pour une solution pacifique et politique du conflit.

Je tiendrai une conférence des donateurs sur l’aide humanitaire à Genève le 1er mars avec mon homologue suédois. Les besoins sont immenses. Il est vraiment temps d’instaurer un cessez-le-feu permanent au Yémen.

Les commentaires ont été désactivés pour cet article. Vous pouvez trouver un aperçu des conversations en cours avec nos journalistes ici. Rejoignez-nous !

Si vous souhaitez entamer une conversation sur un sujet abordé dans cet article ou si vous voulez signaler des erreurs factuelles, envoyez-nous un courriel à french@swissinfo.ch.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.