Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le Moyen-Orient a besoin de dialogue sans exclusive



Les arbres de la discorde entre le Liban et Israël.

Les arbres de la discorde entre le Liban et Israël.

(Keystone)

Depuis l’affrontement sanglant entre Israël et le Liban du 3 août dernier, la région a retrouvé un calme relatif. Mais pour Berne, l’ouverture de discussions et de négociations entre tous les protagonistes du Moyen-Orient demeure prioritaire.

Même modeste, l’implication de la diplomatie suisse au Moyen-Orient n’en est pas moins régulièrement critiquée en Suisse même. En résumé, elle serait biaisée car trop hostile à Israël et trop complaisante à l’égard d’acteurs comme les islamistes du Hamas palestinien ou du Hezbollah libanais.

Interpellé par swissinfo.ch suite à l’accrochage meurtrier du 3 août dernier entre l’armée libanaise et celle d’Israël, le ministère suisse des affaires étrangère (DFAE) a répondu par écrit à nos questions.

«La Suisse est parfaitement consciente des énormes difficultés politiques qu'il faudra vaincre pour réaliser une paix juste et durable dans cette région, rappelle en premier lieu le DFAE. La Suisse n'a pas vocation à jouer les premiers rôles dans cette entreprise, mais il est de son devoir d'utiliser les instruments traditionnels de sa politique extérieure pour faire avancer la cause de la paix. En effet, le conflit du Proche-Orient a aussi des conséquences politiques, économiques et sociales sur notre pays.»

Les dangers du statu quo

Paru la semaine dernière, un rapport de l’International Crisis Group – ICG, un «think tank» basé à Bruxelles centré sur la prévention et la résolution des conflits armés – apporte de l’eau au moulin de la diplomatie suisse. Et ce, en montrant en premier lieu les menaces grandissantes que fait peser l’apparent statu quo dans la région.

«Depuis 2006, les règles du jeu ont évolué. Tant Israël que le Hezbollah – les principales parties au conflit – ont procédé à un renforcement de leurs capacités militaires», précise à swissinfo.ch l’une des rédactrices du rapport.

Analyste au Liban pour l’ICG, Sahar Atrache poursuit: «Pour ces deux parties, c’était le seul moyen de dissuader leur adversaire. Ce que montre notre rapport, c’est que cette logique de dissuasion est en elle-même source potentielle de conflit. L’équilibre des forces ainsi créé peut à tout moment tomber parce qu’une des deux parties pourrait penser pouvoir briser à son avantage cet équilibre.»

Une analyse confirmée par les récents incidents dans la région. Et ce même si depuis lors les différents protagonistes de ces affrontements ont affiché des positions plutôt apaisantes.

Techniquement en guerre

De fait, ces propos ne changent pas la situation sur le terrain. Israël et le Liban sont d’ailleurs toujours techniquement en guerre, séparés par une ligne de démarcation et non une frontière internationalement reconnue.

De plus, depuis la guerre de 2006 entre Israël et le Hezbollah, les jeux d’alliance se sont complexifiés. « Aujourd’hui, nous avons affaire à une logique régionale du conflit entre Israël et le Hezbollah. Le mouvement chiite n’est plus seul, mais inséré dans une alliance stratégique très forte avec le Hamas palestinien, la Syrie et l’Iran », souligne Sahar Atrache.

Selon la chercheuse libanaise et le rapport de l’ICG, un conflit armé entre Israël et le Liban présente donc un vrai risque de propagation dans toute la région. Pour mémoire, la dernière guerre impliquant l’armée israélienne et celle des autres pays de la région remonte à 1973 (guerre du Kippour) .

«Les adversaires des Etats-Unis se sentent aujourd’hui en position de force avec cette alliance qui leur donne des leviers supplémentaires», relève Sahar Atrache.

Les retombées de l’ «axe du mal»

C’est donc toute une approche diplomatique développée en particulier par les Etats-Unis sous la présidence de Georges W. Bush qui se trouve ainsi remise en cause.

«Notre rapport montre que la politique menée par les Etats-Unis et les Occidentaux en général a produit des effets inverses à ceux recherchés. Ils ont en fait renforcé leurs adversaires», précise Sahar Atrache.

Et la chercheuse d’enfoncer le clou : «Cette approche suivie ces dernières années par les Occidentaux ne contribue pas à une solution puisqu’ils ne s’engagent pas avec des parties qui sont directement concernées. Ne pas parler au Hamas, au Hezbollah ou à la Syrie, c’est ignorer les vrais acteurs de ce qui est perçu comme des problèmes en Occident. C’est une politique contre-productive. »

Or depuis des années également la diplomatie suisse défend justement une approche inclusive, en prônant par exemple de dialoguer avec le Hamas ou le Hezbollah. Même s’il reste à vérifier sur le terrain la portée de cette diplomatie helvétique de paix.

Approche inclusive

En octobre 2008, Micheline Calmy-Rey, ministre suisse des affaires étrangères, avait d’ailleurs défendu publiquement cette approche dans un discours un rien provocateur intitulé «Le dialogue, arme anti-conflit». Ce qui lui avait valu une volée de bois vert.

Or aujourd’hui, les faits semblent bien donner raison à l’approche défendue par la ministre suisse. Dans son célèbre discours du Caire, Barack Obama, l’actuel président des Etats-Unis – un acteur central au Moyen-Orient – avait d’ailleurs tenu à rompre avec la politique de son prédécesseur en tendant la main au monde musulman et à certain de ses acteurs jugés jusque là peu fréquentables. Et ce même si la mise en œuvre de cette approche s’avère des plus complexe, comme le montre par exemple la situation en Afghanistan.

Vu du Liban, cette nouvelle diplomatie est néanmoins une urgence. «Nous sommes convaincu que les problèmes sont tellement interconnectés comme le montre les alliances (citées plus haut, ndlr), que la résolution des problèmes au Liban ne peut se faire qu’en abordant la solution entre la Syrie et Israël, toute la question palestinienne, sans oublier le dossier nucléaire iranien, le fond même du problème», plaide Sahar Atrache.

Frédéric Burnand, Genève, swissinfo.ch

La Suisse au Moyen-Orient

Dialogue inter-libanais: Dans la foulée des réunions organisées en Suisse en 2007, le DFAE, à la demande de partis libanais, est disposé à créer un espace de discussion entre tous les acteurs libanais sur le développement institutionnel et politique du Liban.

Réconciliation inter-palestinienne: La Suisse maintient des contacts avec toutes les parties afin de favoriser un accord inter-palestinien.

Processus de paix israélo-palestinienne: La Suisse continue de soutenir l'initiative de Genève. Et ce en informant les sociétés civiles israélienne et palestinienne.

Jérusalem: Le DFAE, à la demande de partenaires locaux, a aussi entamé une réflexion sur la question cruciale de Jérusalem avec des acteurs des sociétés civiles concernées.

Gaza: La Suisse s'engage depuis 2007 en faveur d'une levée du blocus de Gaza qui tienne pleinement compte des impératifs de sécurité israéliens. Cette année, le DFAE a élaboré avec des experts un modèle de régulation de la circulation des marchandises entre Gaza et le monde extérieur. Un projet encore en consultation.

Dialogue avec l'islam politique: La Suisse a été approchée par divers acteurs du monde musulman, d'Europe et des Etats-Unis afin de créer des espaces de dialogue entre l'Occident et certaines mouvances islamiques engagées politiquement.

D’après les réponses écrites du DFAE transmises à swissinfo.ch

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×