Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Élections 2019 L’Organisation des Suisses de l’étranger va établir un classement des candidats

ASR

La séance du Conseil des Suisses de l’étranger samedi à Berne a vu la présentation du manifeste électoral 2019 de l’OSE.

(swissinfo.ch)

L’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE) veut tester les candidats aux élections fédérales de cet automne sous toutes les coutures. Elle va comparer leurs orientations politiques avec ses propres priorités et émettra ensuite des recommandations de vote.

Avec un électorat de près de 170'000 citoyens, les Suisses de l’étranger représentent un certain poids, équivalent à celui d’un canton de taille moyenne, comme le Valais, le Tessin ou la Thurgovie.

En vue des élections fédérales du 20 octobre, l’OSELien externe veut mettre en lumière les parlementaires qui soutiennent ses objectifs. L’Organisation l’a annoncé ce samedi à Berne, à l’occasion de la séance de printemps du Conseil des Suisses de l’étranger (CSELien externe), le «Parlement» de la Cinquième Suisse.

L’opération ne concerne toutefois que les membre de l’Intergroupe parlementaireLien externe Suisses de l’étranger qui se portent à nouveau candidats au Conseil national ou au Conseil des États. Ils vont recevoir un questionnaire pour dresser leur profil en relation avec les préoccupations de l’OSE. Pour bien mettre celles-ci en évidence, elle a établi son Manifeste électoral 2019, un catalogue de huit critères. Tout candidat qui en remplira au moins six fera l’objet d’une recommandation de vote de l’Organisation.

Voici les critères:

1. Faciliter l’exercice des droits politiques depuis l’étranger

Il s’agit ici avant tout du vote électronique, mais aussi de la participation à l’élection du Conseil des États et du soutien aux projets pilote d’envoi de matériel de vote par internet.

2. Maintenir des relations avec une banque suisse pour les expatriés

Depuis 2008, de nombreux Suisses de l’étranger ont de grosses difficultés à garder leur compte dans une banque suisse. Ceci peut pourtant s’avérer indispensable, par exemple pour le paiement des rentes du 2e pilier, pour le trafic des paiements liés à une assurance-maladie en Suisse ou le paiement d’hypothèques ou de loyers pour un bien immobilier en Suisse. Au niveau politique, plusieurs tentatives ont été faites pour forcer les banques à maintenir leurs relations avec les Suisses de l’étranger, sans grand succès jusqu’ici.

3. Soutenir la mobilité internationale des ressortissants suisses

Ici, ce sont surtout l'accord sur la libre circulation des personnes avec l’UE, l'élimination des obstacles à la mobilité et une meilleure coordination des systèmes de sécurité sociale qui sont au centre des préoccupations. Rien que dans l’Union européenne vivent près de 450'000 Suisses de l’étranger, qui souhaitent continuer à profiter des acquis de Schengen. Ils voient un danger concret dans l’initiative populaire dite de limitationLien externe, qui demande la résiliation de la libre-circulation avec l’UE. Elle toucherait directement quelque 100'000 Suisses qui vivent dans l’UE et qui n’ont pas de double nationalité.

4. Des services consulaires appropriés

Ces dernières années ont vu une réduction du réseau des consulats suisses. Du point de vue des Suisses de l’étranger, le réseau doit rester suffisant, mais il faut aussi désigner davantage de consuls honoraires et ouvrir une collaboration avec les pays amis dans le domaine consulaire.

5. Étendre le réseau des écoles suisses à l’étranger

Il s’agit ici entre autres des conditions pour les cadres de 18 écoles suisses dans le monde, afin «de faciliter la transmission de la ‘swissness’ dans les écoles suisses à l’étranger», comme le demande l’OSE.

6. Renforcer et étendre la présence internationale de la Suisse

Ceci passe notamment par le soutien au «consulats scientifiques» de swissnexLien externe, aux réseaux culturels suisses à l’étranger et à la recherche internationale.

7. Renforcer la représentativité du Conseil des Suisses de l’étranger

Le CSE est actuellement composé principalement de représentants des associations ou des clubs suisses de l’étranger. L’objectif est de changer le mode d’élection pour rendre cet organe plus représentatif, afin qu’il soit vraiment l’émanation de l’ensemble de la communauté suisse de l’étranger.

8. Assurer / renforcer la communcation avec la Cinquième Suisse

Il s’agit ici du soutien aux canaux de communication pour les Suisses de l’étranger existants, comme la Revue SuisseLien externe de l’OSE, le site indépendant swissinfo.chLien externe de la SSR et la réseau social de l’OSE SwissCommunity.orgLien externe.


(Traduction de l’allemand: Marc-André Miserez)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Contenu externe

Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

Les musées suisses exposent peu d’artistes femmes

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.