Navigation

Cinquième Suisse

Aujourd'hui en Suisse

Chères lectrices, chers lecteurs,

Une Suisse sans pesticides? À six semaines des votations fédérales, les deux initiatives du camp vert ne font de loin pas l’unanimité dans le pays. En revanche, elles ont séduit deux rapporteurs spéciaux des Nations unies, qui verraient d’un bon œil la Suisse suivre le Bhoutan et montrer l’exemple dans ce domaine.

Et à part cela, l’intelligence artificielle pourrait nous aider à retrouver une vie sociale, la cybercriminalité explose, le Congrès des Suisses de l’étranger n’aura pas lieu cette année, et nous vous racontons tout cela.

Bonne lecture,

Ce contenu a été publié le 04 mai 2021 - 17:00


Christian Beutler/Keystone

En Suisse, le débat fait rage sur les deux initiatives anti-pesticides du 13 juin. Mais pour deux experts des Nations unies, le choix est déjà fait. Et ce serait un double oui. La Suisse rejoindrait ainsi le Bhoutan, seul pays ayant à ce jour lancé le pari de vivre sans produits phytosanitaires artificiels.

Michael Fakhri, rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation est pour l’interdiction des pesticides. Selon lui, «cela garantirait non seulement la protection de la santé des personnes, mais obligerait aussi le gouvernement suisse à investir davantage dans l’agro-écologie».

Marcos A.Orellana, rapporteur spécial sur les substances toxiques et les droits de l’homme voterait également pour les deux initiatives – s’il était Suisse. Pour lui, «des mesures fortes permettraient à ce pays de renforcer encore son rôle de chef de file en matière de produits chimiques et de déchets. Un tel leadership est cruellement nécessaire pour lutter contre l’intoxication grave et croissante de la planète».


SUPSI / Hongik University

Se retrouver autour d’un repas ou d’un verre – c’est une des choses qui manque le plus en ces temps de pandémie. Et si les machines nous y aidaient? Des chercheurs sud-coréens et suisses y travaillent, en misant sur l’intelligence artificielle (IA).

L’idée: essayer de vivre le plus normalement possible, en évitant au maximum de se toucher. Pour cela, l’IA peut émettre toutes sortes de signaux pour vous dire, par exemple, quand il est opportun de retirer votre masque pour manger et quand il faut le garder.

Le projet est développé conjointement avec la Haute École de la Suisse italienne et une université de Séoul. Malgré les différences culturelles, le but est de proposer des solutions qui soient applicables partout dans le monde.


© Keystone

Avec les semi-confinements, les rues suisses sont devenues encore plus sûres. La criminalité «classique» est en recul. À l’inverse, elle explose sur internet. Les victimes peuvent être des particuliers, mais aussi des entreprises, qui plongent vers la faillite faute de pouvoir payer les rançons des escrocs.

Un logiciel malveillant peut rendre toutes vos données inutilisables tant que vous n’avez pas payé une rançon pour obtenir la clé de déchiffrement. Selon un spécialiste du cryptage et des systèmes d’accès, le taux de rançons payées est de plus de 50%, avec une valeur moyenne de 230'000 francs par cas, soit quatre fois plus qu'en 2019.

Les pirates sont en majorité russes, chinois et iraniens, mais peuvent venir du monde entier. Malgré de vastes opérations policières internationales, ils restent le plus souvent impunis et surfent sur des montagnes de cash. L’agence de cybersécurité européenne estime qu’en 2019, les victimes ont payé pour 10 milliards d’euros de rançons.


Keystone / Jean-christophe Bott

Pandémie oblige, le 98e Congrès des Suisses de l'étranger, prévu à Lugano du 20 au 22 août, est reporté d'un an. C’est «le cœur lourd» que le Comité de l'Organisation des Suisses de l'étranger a pris cette décision, qu’il communique aujourd’hui.

Le Congrès des Suisses de l'étranger accueille des participants du monde entier, dont la sécurité ne peut pas être garantie en ce moment. Et s’il fallait appliquer toutes les règles de distanciation sociale, la manifestation perdrait beaucoup en attractivité, explique le Comité. Le dîner de gala du samedi soir et l’excursion du dimanche devraient notamment être supprimés. Car «la sécurité des participants et du personnel doit être la priorité absolue».

Quant à la séance du Conseil des Suisses de l'étranger, elle est maintenue, mais elle se tiendra en ligne, le vendredi 20 août 2021. Elle verra comme prévu le passage de la présidence de Remo Gysin à Filippo Lombardi.

  • OSELien externe, Organisation des Suisses de l’étranger
  • Point fort - Zoom sur les préoccupations des Suisses de l’étranger
  • Point fort - Les Suisses de l’étranger, des citoyens de seconde zone?
Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.