Migros fait mieux que Coop

Côte à côte, les enseignes de Coop et Migros. Une proximité très concurrentielle. swissinfo.ch

Migros augmente son bénéfice, Coop le voit diminuer. Les deux géants du commerce de détail bouclent leurs comptes 2005 sur des résultats contrastés.

Ce contenu a été publié le 05 avril 2006 - 11:38

En annonçant leurs résultats, les deux groupes évoquent les baisses de prix consenties au cours de l'année sur leurs produits, dans un marché de plus en plus concurrentiel.

Malgré la guerre des prix et une concurrence aiguisée par l'arrivée du discounter allemand Aldi, Migros a fortement accru sa rentabilité l'an passé.

Le numéro un du commerce de détail annonce mercredi un bénéfice net en hausse de 28,3% par rapport à 2004, à 699 millions de francs.

Un résultat que Migros explique surtout par l'optimisation des processus et les restructurations. L'effectif du groupe s'est ainsi réduit à 81'049 collaborateurs, 1223 de moins qu'un an auparavant.

Si le chiffre d'affaires global de Migros atteint le montant record de 20,39 milliards de francs, 0,4% de plus qu'un an auparavant, les ventes des dix coopératives régionales, qui regroupent les magasins Migros (y compris les cinq localisées en France et en Allemagne), ont fléchi de 0,2% à 14,62 milliards.

La légère progression du chiffre d'affaires du groupe reflète donc pour l'essentiel la hausse des prix des produits pétroliers et des ventes des industries Migros. Celles-ci en effet ne se contentent pas d'approvisionner les rayons des magasins orange, mais elles exportent également leurs produits.

Baisses de prix

Pour explique le recul du chiffre d'affaires des magasins, Migros évoque avant tout les réductions de prix, chiffrée à 170 millions de francs. Sans oublier l'élargissement de l'assortiment «M-Budget» à un total de 350 articles. Lancée il y a dix ans, cette ligne de produits bon marché a vu ses ventes bondir de 67% à 480 millions de francs.

En moyenne, les articles de Migros ont vu leurs prix diminuer de 1,2% en 2005, alors que le renchérissement s'est inscrit à 1,2% en Suisse. En intégrant les produits «M-Budget» dans le calcul, la baisse globale des prix est même de 2%.

Compte tenu de ces baisses, le géant orange juge ses ventes satisfaisantes. Migros a ainsi pu maintenir sa part de marché à un haut niveau, après plusieurs années de croissance vigoureuse.

Coop à la baisse

Le 14 mars, Coop annonçait ses résultats 2005 en insistant elle aussi sur les baisses de prix consenties à ses clients.

En réponse au succès de M-Budget, le numéro deux du commerce de détail en Suisse a en effet lancé l'an dernier sa gamme Prix Garantie. En comptant également quelque 800 réductions sur des articles de marque ou de marque Coop, le groupe annonce lui aussi une baisse globale de ses prix de 2%.

Sur un chiffre d'affaires de 14,1 milliards, en hausse de 0,2% par rapport à 2004, Coop voit son bénéfice net fondre de 15,6%, à 270 millions. Un recul qui se produit pour la deuxième année consécutive.

swissinfo et les agences

Faits

Chiffre d'affaires 2005:
Migros: 20,4 milliards de francs (+0,4%)
Coop: 14,9 milliards (+0,2%)

Bénéfice net 2005:
Migros: 699 millions (+28,3%)
Coop: 270 millions (-15,6%)

Points de vente à fin 2005:
Migros: 590
Coop: 1437

Collaborateurs à fin 2005:
Migros: 81'049
Coop: 44'916

End of insertion

En bref

Fondée en 1925 par Gottlieb Duttweiler, Migros est aujourd'hui le numéro un suisse du commerce de détail et le plus gros employeur du pays.

Migros est également un groupe organisé en coopérative, qui comprend ses propres entreprises de production, des écoles pour la formation des adultes, des agences de voyage, des stations-service, des librairies, un journal et une banque.

Coop est le second groupe de commerce de détail en Suisse. Elle se positionne comme leader pour les produits bio et provenant du commerce équitable.

Coop est aussi un groupe coopératif, avec ses propres entreprises de production et des filiales actives dans l'électronique de divertissement, la parfumerie et l'ameublement, des stations service, un journal, une banque et une compagnie d'assurances.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article