Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Paradise papers Les bonnes affaires suisses avec l’argent de l’Angola

Il n’y a pas que la reine d’Angleterre et un ministre de Donald Trump qui se voient éclaboussés par les Paradise papers. En Suisse aussi, ils révèlent des affaires juteuses, réalisées en l’occurrence sur le dos du peuple angolais.

Pas de fraude fiscale, pas de corruption, rien d’illégal dans les montages de Jean-Claude Bastos, dont le nom revient à la une de la presse suisse en ce début de semaine. Ce Fribourgeois a le mandat de gérer les cinq milliards de dollars du fonds souverain de l’Angola, ce qu’il ferait à sa manière bien personnelle.

Les médias le soupçonnent de placer l’argent africain dans ses propres sociétés, touchant des frais de gestion seigneuriaux et de juteux dividendes, en tout plusieurs dizaines de millions de francs par an. L’intéressé rejette ces accusations et affirme qu’«il n’y a pas et il n’y a jamais eu de conflit d’intérêt».

Et d’autres visage apparaissent à ses côtés: l’ancienne ministre de la Justice Ruth Metzler, l’actuelle présidente de CFF Monika Ribar, et l’ancien chef de la Coopération suisse au développement Walter Fust, qui tous trois ont collaboré à un moment où à un autre avec Jean-Claude Bastos.

Bastos 1

Paradis papers

Selon une estimation, ce sont près de 350 milliards d’euros par année qui échapperaient au fisc des différents pays du monde. Dans ce domaine, la limite entre ce qui est légal et ce qui moralement répréhensible est souvent bien ténue, comme l’explique Luc Thévenoz, directeur du Centre de droit bancaire et financier de l’Université de Genève

Bastos 2

Bastos 2

swissinfo.ch/mam avec la RTS (Téléjournal du 6 novembre 2017)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×