Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Il ne faisait pas bon être sorcière en Suisse

La Suisse a brûlé 6000 sorcières.

Après Glaris en 2008, Fribourg vient de blanchir «sa» dernière sorcière, brûlée en 1731. Normal, en ces temps de réhabilitations tous azimuts et très médiatisées: la Suisse détient le record européen de cette chasse particulière.

Au Moyen Age, quand il s'agissait d'expliquer les catastrophes ou les épidémies, il fallait en punir les responsables, forcément coupables de magie et de pactes avec le diable dirigés contre la chrétienté.

Pour «faire» une sorcière, il suffisait qu'un comportement rebelle ou marginal attire l'attention, nourrisse la rumeur publique jusqu'à alerter les autorités, lesquelles déclaraient alors la chasse ouverte.

Sorcières, terroristes, un même fantasme du pouvoir

Deuxième étape: pour condamner une sorcière, il suffisait de lui briser les jambes, de lui arracher les ongles, de lui faire le coup de la baignoire, etc. A la seule vue de ces techniques raffinées, actuellement exposées au Musée de Morat (Fribourg), on a envie d'avouer avoir tué père et mère.

Donc, c'est la torture qui faisait les sorcières. Et le fanatisme religieux. «Cette sorcellerie imaginaire, fantasmée par le pouvoir, ressemble beaucoup aux théories récentes de la lutte antiterroriste des Etats-Unis. Je ne nie pas la réalité des attentats, mais George W. Bush en a fait un mythe pour justifier la torture», affirme Kathrin Utz Tremp.

Du reste, le supplice de la baignoire a traversé les siècles jusqu'aux prisons de la CIA. Cette brillante spécialiste estime que, du 15e au 18e siècle, 30'000 à 60'000 personnes ont été brûlées pour sorcellerie en Europe, dont 6000 en Suisse et 300 à Fribourg.

Un record, et même un double record. «Fribourg a été le 3e lieu en Europe à exécuter des sorcières, dès 1429. Et une des premières autorités politiques à instruire des procès en sorcellerie sans inquisiteurs religieux», souligne la médiéviste.

Le diable est occidental

Au départ, c'est l'Eglise la plus orthodoxe, soutenue par le pouvoir laïc, qui s'est mise à poursuivre l'hérésie, puis la magie, au point de créer cette hérésie imaginaire.

L'Inquisition, poursuit Kathrin Utz Tremp, «avait besoin de cette sorte de 'contre-monde' dirigé par le diable, même si cela ne correspondait à aucune réalité». A partir du 16e, et surtout du 17e siècle, ce sont les pouvoirs politiques qui prennent le relais.

Ils décident que, comme la magie noire, la magie blanche, plus ou moins innocente, repose elle aussi sur un pacte préalable avec le diable. Pour la médiéviste, ce concept se distingue de la sorcellerie actuelle dans le tiers monde, «qui ne repose pas sur une religion et d'où le diable est absent».

L'Eglise et l'Etat, même combat

C'est ainsi que les procès pour hérésie menés par l'Eglise ont débouché sur des procès pour sorcellerie menés par l'Etat laïc, qui a eu besoin de la sorcellerie pour construire son territoire et asseoir sa juridiction, surtout dans les campagnes.

Au 15e siècle, les procès concernaient une majorité d'hommes qui ne se soumettaient pas à la cathédrale ou à la cité. Là, il y avait une notion politique de révolte.

A partir du 16e, et surtout du 17e siècle, une fois leur pouvoir bien assis, les autorités se mettent à utiliser la sorcellerie pour assurer l'ordre public et la discipline sociale. «Et c'est là que la grande chasse a commencé», poursuit Kathrin Utz Tremp.

Cette dernière précise que la répression fit alors entre 70 et 80% de victimes féminines coupables d'être pauvres, célibataires et... femmes, comme la Catillon, exécutée en 1731 à Fribourg.

Une histoire de frontières

L'historienne relève encore que la répression a été beaucoup plus forte en Suisse romande. «L'Eglise a été confrontée à l'hérésie d'un mouvement laïc, les Waldenser, alors qu'il n'y a pas eu d'Inquisition en Suisse orientale, plutôt orientée vers la magie blanche.»

La religion a toujours joué un rôle prépondérant dans le canton du Valais, et surtout dans celui de Fribourg. «Là, il existait une sorte de contre-histoire qui faisait que l'histoire de ce canton était souvent réactionnaire. C'est pareil pour les persécutions qui partaient d'une orthodoxie très dure, apparue à la fin du 16e siècle avec la contre-réforme.»

Mais il y a aussi une explication politique, précise la médiéviste. Plus l'Etat était centralisé (comme la France de Louis XIV), moins il avait de peine à asseoir son autorité et, donc, moins il était enclin aux persécutions. Comme l'Empire germanique, la Suisse était (et est toujours) très morcelée.

«Dans le canton de Fribourg, les persécutions ont été très importantes dans le district de la Broye, constitué d'un enchevêtrement de petites communes, catholiques, protestantes, germanophones, francophones, etc. Plus il y a de frontières, et plus on a brûlé de sorcières.»

Du bûcher aux contes de fées

La forte médiatisation de la réhabilitation morale de la Catillon par Fribourg a suscité une grande curiosité pour l'exécution de cette femme. Elle était bossue, pauvre, vieille, marginale et seule: le portrait craché des sorcières qui envahiront les contes de fées au 19e siècle, rassemblés alors par les frères Grimm.

Heureusement pour les sorcières d'aujourd'hui, elles peuvent dormir tranquilles car plus personne ne s'y intéresse, conclut Kathrin Utz Tremp en riant.

«Actuellement, le procès de la Catillon serait ajourné en cinq minutes et ce serait plutôt son bourreau qui aurait des problèmes! De plus, il n'existe heureusement plus aucune loi qui vous interdise de voler sur un balai... si vous en êtes capable!»

Isabelle Eichenberger, swissinfo.ch

Contexte

Considérée comme une hérésie, la sorcellerie a été criminalisée après 1500, mais la majorité des procès ont été instruits au 17e siècle par l'Etat laïc.

A Fribourg, Catherine Repond (alias Catillon) été la dernière victime brûlée en 1731. Le canton l'a réhabilité «moralement» en mai 2009, mais a refusé un crédit à la recherche historique.

La dernière sorcière de Suisse et d'Europe, Anna Göldi, exécutée en 1782 à Glaris, a été réhabilitée en 2008.

Fin de l'infobox

Chiffres

Entre 1429 et 1731, Fribourg aurait jugé 500 sorciers et sorcières, la Suisse 10'000 et la Suisse romande 6000.

Entre 70 et 80% étaient des femmes et, dans 60% des cas, le verdict était le bûcher.

En Europe, entre 30'000 et 60'000 personnes ont fini sur le bûcher, dont 25'000 en Allemagne.

Mais, avec 3500 exécutions, la Romandie est championne d'Europe par rapport au nombre d'habitants.

Fin de l'infobox

EXPOSITION

«Sorcières imaginées et persécutées dans le canton de Fribourg»: aperçu sur les représentations de sorcières liées à la magie, la religion et la superstition. Au Musée de Morat jusqu'au 16 août 2009.

Fin de l'infobox


Liens

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

×