Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La liberté d'expression vaut aussi pour l'UDC

Les affiches de l'UDC continuent de susciter la polémique.

(Keystone)

La campagne controversée de l'Union démocratique du centre (UDC / droite nationaliste) est protégée au nom du principe de liberté d'expression.

C'est la réponse du gouvernement au rapporteur des Nations Unies sur le racisme, Doudou Diène, inquiet de la désormais fameuse affiche montrant des moutons blancs éjectant un mouton noir.

Dans une société démocratique, la liberté d'expression doit être protégée, en particulier dans le débat politique, relève le gouvernement dans sa lettre à Doudou Diène. Dans le même temps, celui-ci réaffirme sa volonté de ne tolérer aucune forme de racisme en Suisse.

Toutefois, fait remarquer le gouvernement, il appartient à la justice de juger si des déclarations faites publiquement tombent sous le coup de la norme pénale antiraciste.

Deuxième plainte

Outre la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme, le Parti du travail (communiste) du canton de Zurich a annoncé vouloir déposer une plainte pour violation de la norme antiraciste.

De son côté, le Parlement des jeunes de La Chaux-de-Fonds (canton de Neuchâtel) prévoit une action de protestation jusqu'à samedi. Pour ces jeunes, il est indispensable de critiquer une stratégie électorale «insultante envers les étrangers résidant en Suisse».

La présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey, le ministre de l'Intérieur Pascal Couchepin, le parlement vaudois, le canton et la ville de Genève, la Fédération suisse des communautés israélites et le Carrefour de réflexion et d'action contre le racisme anti-noir ont déjà dénoncé le caractère raciste de la campagne de l'UDC.

Christoph Blocher défend l'affiche

Doudou Diène avait interpellé le gouvernement cet été à propos de cette affiche de l'UDC, qui fait la promotion de son initiative populaire pour l'expulsion des criminels étrangers. Le rapporteur sur les droits des migrants Jorge Bustamente avait fait de même.

Doudou Diène avait averti qu'il pourrait demander le retrait de l'affiche si celle-ci avait effectivement un caractère raciste et s'il jugeait la réponse des autorités suisses insatisfaisante.

Interrogé mercredi après la séance du gouvernement, le ministre de la Justice Christoph Blocher a de nouveau défendu le procédé de son parti. Les remous autour de cette affiche s'inscrivent dans la campagne électorale, a- t-il fait valoir, soulignant dans la foulée que la notion de mouton noir était la même dans toutes les langues.

swissinfo et les agences

L'ONU et l'UDC

En novembre 2002, l'ancien haut-commissaire de l'ONU pour les réfugiés, Ruud Lubbers, avait condamné l'initiative populaire de l'UDC contre des abus dans l'asile, une initiative refusée de justesse (50,1%) par le peuple suisse.

Avant les élections fédérales d'octobre 2003, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (siège à Genève) avait accusé l'UDC de susciter des préjugés à l'encontre des étrangers.

Selon l'agence onusienne, une partie du matériel de campagne de l'UDC était le pire que l'on pouvait voir en Europe.

Fin de l'infobox

Le rapport de Doudou Diène

En mars dernier, la Suisse avait été épinglée dans le rapport final de Doudou Diène.

Le rapporteur spécial de l'ONU sur le racisme notait que les autorités suisses ont reconnu l'existence de problèmes liés au racisme et à la xénophobie, mais ont estimé que ces problèmes n'étaient qu'un «phénomène de second plan».

Dans sa réponse, le gouvernement suisse avait reconnu le problème soulevé par Doudou Diène, mais avait déclaré que son rapport procédait à des généralisations hâtives.

Fin de l'infobox


Liens

×