Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Covid-19 Coronavirus en Suisse: le gouvernement aidera les indépendants

Pour la Suisse, une fermeture partielle des activités de deux mois pourrait coûter entre 49 et 81 milliards d'euros (entre 51,7 et 85,6 milliards de francs), selon l'institut allemand Ifo.  

(Keystone / Georgios Kefalas)

«Ce serait contre-productif de baisser la garde et devoir prendre ultérieurement des mesures plus dures.» Le ministre de l’Économie Guy Parmelin a, à son tour, appelé les Suisses à continuer à rester chez eux pour lutter contre la pandémie, malgré l’arrivée des beaux jours. Mercredi, le gouvernement a aussi annoncé une série de mesures pour soutenir l’économie. 

Les derniers développements:

  • Le nombre de cas de Covid-19 continue à augmenter en Suisse, mais «l’augmentation ralentit»
  • Mercredi après-midi, 17'239 personnes avaient été testées positives en Suisse et 464 étaient décédées
  • Le ministre de l’Économie appelle la population à rester chez elle, malgré le soleil
  • Le Conseil fédéral vient en aide aux indépendants
  • Le gouvernement modifie les procédures d’asile durant la crise
  • Des mesures pour garantir l’approvisionnement alimentaire ont été décidées


Quelle est la situation en Suisse? 

Fin de l'infobox

Le nombre de cas de Covid-19 continue à progresser en Suisse. «Mais l'augmentation ralentit», a précisé mercredi Daniel Koch, chef de la cellule de crise de la Confédération. Mercredi après-midi, la Suisse comptait 17’239 personnes atteintes. Dans le pays, 464 personnes ont désormais trouvé la mort après avoir contracté le coronavirus. Les chiffres sont ceux communiqués par les cantons et peuvent diverger de ceux de l’Office fédéral de la santé publique.

Par rapport à leur taille, les cantons du Tessin, de Vaud, de Genève et de Bâle-Ville restent les plus touchés. Le taux d'incidence sur 100'000 personnes est de 617 au Tessin, 457 dans le canton de Vaud, 443 à Genève et 394 à Bâle-Ville

>> Les cas de coronavirus en Suisse

new map

graph

Notre graphique s'est basé sur les chiffres de l'Office fédéral de la santé publiqueLien externe jusqu'au 23 mars, mais en raison de retards dans le traitement de certaines données nous utilisons actuellement les chiffres fournis directement par les cantons. La source est une interfaceLien externe gérée par l'Office statistique du canton de Zurich. Cette modification explique le doublement du nombre des décès le 23 mars.

Fin de l'infobox

Cas par million

Cas de coronavirus par million

Après le ministre de la Santé mardi, le ministre de l’Économie Guy Parmelin a encore une fois appelé la population à respecter les mesures de lutte contre le Covid-19 et à rester à la maison, malgré le beau week-end annoncé. «Nous sommes engagés dans un combat de longue haleine. Ce serait contre-productif de baisser la garde et devoir prendre ultérieurement des mesures plus dures.»

Alors que certains plaident pour un confinement total en Suisse, la ministre de la Justice Karin Keller-Sutter y est fermement opposée. «On va déjà très loin. Avec un confinement total, les conséquences sociales, psychologiques, économiques et financières seraient très graves», relève la ministre libérale-radicale dans une interview publiée mercredi dans Le Temps. Un «shutdown» complet présenterait notamment un risque pour l'approvisionnement alimentaire, détaille-t-elle.

La Confédération fait appel aux scientifiques suisses pour trouver la meilleure approche contre la pandémie de coronavirus. Elle a annoncé mardi la mise en place d’une cellule de crise composée de chercheurs issus des hautes écoles helvétiques.

La droite conservatrice s’en prend aux mesures du gouvernement. L’Union démocratique du centre (UDC) a présenté mardi sa stratégie pour préserver les entreprises helvétiques. Le parti qui compte le plus grand nombre d'élus à la Chambre basse estime que les personnes qui ne sont pas malades doivent retourner au travail, les élèves retourner à l’école, les magasins et les restaurants rouvrir.

Quelles sont les dernières mesures prises par le Gouvernement?

Fin de l'infobox

Le gouvernement suisse refuse de suspendre les procédures d’asile durant la crise du coronavirus, comme le demandent les associations de défense des migrantsLien externe, mais il a annoncé mercredi des modifications temporaires. Les procédures doivent continuer d’être menées afin que la Suisse puisse remplir ses engagements internationaux, justifie l'exécutif. Pour protéger la santé de tous les acteurs, les délais de recours et d'exécution des renvois sont allongés. La capacité d'hébergement pourra aussi augmenter plus facilement afin que les règles de distance soient respectées.

>> Lire notre article sur le sujet:

Le Conseil fédéral étendra ses mesures d’aide à l’économie pour soutenir les indépendants, dont les recettes fondent en raison de la pandémie, a-t-il indiqué mercredi. Ceux-ci n'ont pour l'instant pas droit à des allocations pour pertes de gain, contrairement à d'autres catégories d'entrepreneurs. Le Secrétariat d’État à l’économie devra définir des solutions d’ici une semaine.

>> L'intervention du conseiller fédéral Guy Parmelin:

Parmelin

S’il souligne que l’approvisionnement alimentaire est pour l’instant assuré, le Conseil fédéral a pris des mesures pour garantir que cela reste le cas tout au long de la crise. Il a notamment décidé d'assouplir les dispositions pour les contrôles des denrées alimentaires importées. Le secteur pourra ainsi réagir rapidement en cas de difficultés.

Les cantons peuvent désormais ordonner, pour une durée limitée, la fermeture des activités de certaines branches de l'économie. La nouvelle réglementation, adoptée vendredi par le Conseil fédéral, fait suite à une décision du Tessin de fermer entreprises et chantiers sur son territoire. 

Le Conseil fédéral a également étendu vendredi de 30 à 90 jours le délai de paiement en cas de retard de paiement des loyers. Les mesures concernant le droit du bail doivent éviter que le bailleur mette son locataire en demeure puis à la porte.

Quelle est la situation dans les hôpitaux suisses?

Fin de l'infobox

Le système de santé n'est pas saturé pour l'instant, dans aucun canton, a indiqué l'Office fédéral de la santé publique. Environ 286 personnes sont sous assistance respiratoire.

Huit cantons suisses ont accepté d'accueillir des patients français de la région de Franche-Comté et du Grand Est, dont les hôpitaux sont saturés avec l'arrivée massive de malades du Covid-19. L'Allemagne et le Luxembourg ont également pris en charge des Français atteints du coronavirus.

>> Lire notre article: Coronavirus: les bonnes relations franco-suisses mobilisées pour sauver des viesLien externe

La plupart des hôpitaux suisses qui soignent des patients français se situent en zone frontalière, et une grande partie de leur personnel de santé habite l'Hexagone, comme le souligne le Réseau hospitalier neuchâtelois dans son communiqué de presse: «En accueillant un patient franc-comtois, l’hôpital cantonal tend la main à une région dont sont issus de nombreux collaborateurs, dont 60% des soignants actifs aux soins intensifs. Comme le virus, la solidarité n’a pas de frontière.»

>> Reportage sur le transfert des malades en France:

rts

vidéo RTS

Quelles sont les restrictions en vigueur en Suisse?

Fin de l'infobox

Le Gouvernement suisse a déclaré la situation extraordinaire d'après la loi sur les épidémiesLien externe, le stade le plus grave. Il a prononcé toute une série de mesuresLien externe visant à limiter la propagation du virus: 

  • interdiction des rassemblements publics et privés de plus de 5 personnes
  • fermeture des établissements publics et des commerces non indispensables (pharmacies et supermarchés restent ouverts)
  • fermeture de toutes les écoles
  • interdiction de toutes les manifestations publiques et privées, y compris les manifestations sportives, les activités associatives et les marchés

Ces restrictions sont valables jusqu'au 19 avril, et seront très certainement prolongées. Ceux qui ne les respectent pas risquent des amendes. 

>> Les règles d'hygiène préconisées par le GouvernementLien externe

Le Gouvernement recommande aux personnes de plus de 65 ans de rester chez elles, sauf si elles doivent se rendre chez le médecin. Il demande aux autres classes d'âge de ne sortir que pour une raison impérieuse, comme faire ses courses, se rendre chez les médecin ou à la pharmacie, aider quelqu'un ou se rendre au travail si le télétravail n'est pas possible. 

Les transports publics doivent être évités au maximum. Dans toutes les situations, une distance de 2 mètres avec les autres individus doit être respectée. Une enquêteLien externe auprès de la population révèle que les règles du Gouvernement sont bien acceptées et plutôt bien respectées.

ÉCOLES FERMÉES, KIOSQUES OUVERTS Coronavirus: comment définir ce qui est essentiel?

Face à la pandémie, la Suisse a interdit toutes les activités non-essentielles. L'occasion de réfléchir à ce qui compte vraiment pour la société.

Quels sont les impacts économiques du coronavirus en Suisse?

Fin de l'infobox

Pour la Suisse, une fermeture partielle des activités de deux mois coûterait entre 49 et 81 milliards d'euros (entre 51,7 et 85,6 milliards de francs) et amputerait le taux de croissance annuel de 7,8 à 12,9 points de pourcentage, selon une étude de l’institut allemand Ifo. Pour trois mois, le scénario s'élève entre 69 et 119 milliards d'euros ainsi que 11,0 à 19,0 points de pourcentage de croissance perdus.

Des solutions rapides et ciblées plutôt qu'une compensation générale, afin de gérer une crise appelée à durer plusieurs mois. C’est la stratégie suivie par le gouvernement pour atténuer les dommages économiques de la crise. Le montant de 20 milliards de francs, dévolu aux demandes de crédits transitoires venant des entreprises qui connaissent des problèmes de liquidité, sera revu à la hausse.

Pour faire face à cette crise exceptionnelle, le Conseil fédéral a libéré 42 milliards de francs pour le monde du travail. Ces mesures visent à sauvegarder les emplois, garantir les salaires et soutenir les indépendants.

Quelle est la situation dans le monde?

Fin de l'infobox

Après avoir minimisé la situation, le président américain Donald Trump a demandé à ses concitoyens de se préparer à des semaines «très, très douloureuses» face à la pandémie de Covid-19. Désormais le pays le plus affecté au monde, les États-Unis pourraient enregistrer encore plus de décès journaliers que les sombres records atteints par plusieurs pays européens en première ligne face à la pandémie. À New York, un navire-hôpital de mille lits est arrivé et des hôpitaux provisoires ont été érigés. 

Deuxième pays le plus touché au monde avec 8189 décès, l'Espagne connaît un ralentissement continu du nombre de morts, laissant penser que le pic de l'épidémie approche. Le pays redoute toutefois toujours de voir submergées les unités de soins intensifs qui travaillent déjà à la limite de leurs capacités. 

La France a à nouveau enregistré un triste record de près de 500 morts en 24 heures. Depuis le début de l’épidémie, plus de 3500 personnes ont succombé et les soignants sont au bout du rouleau. 

L’Arabie saoudite a appelé mardi les musulmans de tous les pays à suspendre leurs préparatifs pour le hajj. Ce pèlerinage, qui a attiré 2,5 millions de fidèles en 2019, est une source de revenus importante pour le royaume mais serait un lieu de contamination privilégié en raison de la présence d'une foule immense.

> > Vous trouverez iciLien externe les informations de l'OMS, et iciLien externe les rapports quotidiens de la situation mondiale (en anglais)


Y a-t-il encore beaucoup de Suisses bloqués à l'étranger?

Fin de l'infobox

Il reste environ 17'000 ressortissants helvétiques bloqués dans le monde, souvent dans des endroits relativement isolés, a précisé jeudi le Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE). Ce chiffre correspond au nombre de personnes qui se sont inscrites sur l'application Travel Admin (Android Lien externe/ iPhoneLien externe).

Le Gouvernement demande à tous les Suisses en déplacement à l'étranger de revenir au pays, avant que les vols ne soient interrompus. Les Suisses établis de manière permanente à l'étranger peuvent toutefois rester chez eux. 

dossiers

Le coronavirus en Suisse

Le coronavirus progresse en Suisse, les autorités ont pris des mesures exceptionnelles qui bouleversent la vie dans le pays.

La Suisse est en train de réaliser la plus grande opération de rapatriement de son histoire. Des vols de rapatriements sont encore planifiés jusqu’au 4 avril, notamment depuis l’Amérique du Sud, l’Australie et la Thaïlande. Et cela va continuer, de nombreux suisses étant encore bloqués à Bangkok, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

La ligne d’urgenceLien externe du DFAE a déjà reçu plus de 10'000 appels et courriels. «Notre plus grand défi est de parvenir à répondre aux attentes très élevées des ressortissants suisses, a indiqué Johannes Matyassy, chef de la Direction consulaire. On ne peut pas tout faire, nous ne pouvons pas venir vous chercher en hélicoptère sur une île isolée. Mais nous faisons tout notre possible et nos représentations à l’étranger sont en pleine action.»

Les Suisses de retour au pays devront se soumettre à une quarantaine de 10 jours. 

Et les Suisses résidant à l'étranger?

Fin de l'infobox

Retrouvez quotidiennement sur notre application 📱SWI plus📱 un résumé de l'actu et échangez entre vous et avec nous sur notre forum.
👉 Android http://s.swissin.fo/qprTMSlLien externe
👉 iPhone http://s.swissin.fo/sGEAtEsLien externe 

Fin de l'infobox

Le DFAE a indiqué que les touristes suisses étaient prioritaires pour les rapatriements, suivis des Suisses résidant à l'étranger. Boris Zürcher, chef de la Direction du travail du SECO, a précisé: «Si les Suisses de l'étranger reviennent en Suisse, je suppose qu'ils pourraient bénéficier de toutes les mesures économiques en vigueur en Suisse».

Les citoyens suisses peuvent s’adresser à toutes les représentations helvétiques à l’étranger. Les représentations diplomatiques et la hotline mise en place par le DFAE ont répondu ces derniers jours à des centaines de questions de citoyens inquiets. La situation des interdictions ou restrictions de voyage et autres fermetures de frontières évolue de jour en jour. 

Neuer Inhalt

SWI swissinfo.ch newsletter

Souhaitez-vous recevoir notre résumé quotidien de l'actualité sous forme de newsletter? Inscrivez-vous dès maintenant! Chaque jour, nos journalistes compilent soigneusement pour vous les nouvelles les plus importantes en provenance de Suisse.


Pour davantage d'informations:

L'Office fédéral de la santé publiqueLien externe (OFSP)

L'Organisation mondiale de la santéLien externe (OMS)

Carte mondialeLien externe de l'évolution de la pandémie élaborée par l'école d'ingénieurs américaine Johns Hopkins

Les conseils aux voyageurs du DFAELien externe

SafeTravelLien externe, conseil médicaux aux voyageurs

Fin de l'infobox

Suivez SWI swissinfo.ch iciLien externe, sur FacebookLien externe et sur TwitterLien externe pour obtenir les dernières informations sur la situation en Suisse.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

SWI plus banner

  • Des infos pertinentes et compactes
  • Des questions et des réponses pour la Cinquième Suisse
  • Discuter, débattre, réseauter

Un seul clic, mais un Plus pour vous !


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.