Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Pavel Borodine libre et en Russie

Pavel Borodine à son arrivée à Moscou.

(Keystone)

Pavel Borodine a regagné la Russie vendredi. L'ancien intendant du Kremlin, libéré la veille après le versement d'une caution de 5 millions de francs, a remercié le président Vladimir Poutine pour son soutien. La justice genevoise le soupçonne toujours de blanchiment.

Arrivé en fin de journée à Moscou, M. Borodine, secrétaire de l'Union Russie Belarus, a été accueilli par sa famille à l'aéroport. Devant les caméras de télévision, il a déclaré qu'il était «un citoyen russe honnête» sous les yeux émus de son épouse.

L'ancien intendant du Kremlin a quitté Genève vers 15h00 à bord d'un vol régulier d'Aeroflot. Il avait passé la nuit à la Mission russe dans la cité de Calvin.

M. Borodine, soupçonné de blanchiment d'argent par la justice genevoise, a été libéré jeudi en fin de journée après le paiement d'une caution de 5 millions de francs. L'argent a été versé par le ministère russe des affaires étrangères.

Dans la matinée, la Chambre d'accusation de Genève avait estimé que les charges pesant sur M. Borodine étaient légères. Elle n'a pas retenu la charge de participation à une organisation criminelle, estimant que le dossier «ne contient pas d'informations suffisantes en l'état».

Concernant les accusations de blanchiment, l'enquête, en cours depuis deux ans, doit se poursuivre. Elle «devra nécessairement se faire avec la collaboration des autorités russes», a estimé la Chambre d'accusation.

La haute instance n'a pas soumis la remise en liberté de l'ex-intendant - caution mise à part - à d'autres conditions, en particulier à une interdiction de sortie du territoire suisse. M. Borodine devra toutefois être disponible pour les besoins des investigations de la justice genevoise. Il est donc censé se présenter à la justice du bout du lac à chaque fois qu'il sera convoqué.

Le procureur général Bernard Bertossa, qui avait demandé trois mois de détention provisoire, s'est déclaré sceptique à ce sujet. «M. Borodine est Russe et la Russie n'extradera pas un citoyen russe. Je ne crois pas une seconde qu'il reviendra à Genève pour s'expliquer», a affirmé le magistrat.

Me Poncet et les trois autres avocats du Russe ont affiché leur satisfaction tout comme le gouvernement russe.

Arrêté à New York le 17 janvier, à la demande de la justice genevoise, M. Borodine avait été extradé vers la Suisse samedi dernier. L'ex-intendant du Kremlin avait immédiatement été inculpé.

Incarcéré à Champ-Dollon, M. Borodine avait été transféré lundi à l'Hopital cantonal de Genève en raison de troubles thoraciques. Il avait quitté jeudi le quartier cellulaire pour rejoindre une autre section de l'établissement.

Le Parquet genevois soupçonne M. Borodine d'avoir perçu plus de 25 millions de dollars de pots-de-vin de la part de deux sociétés tessinoises, Mabetex et Mercata. Ceci en contrepartie de travaux de rénovation du Kremlin et de l'avion présidentiel russe. La justice russe a classé cette affaire.

swissinfo avec les agences

×